mardi 30 mai 2017

MAISON FORTE DE MENIL LA TOUR

LA MAISON FORTE DE MENIL LA TOUR (54):

TRANSFORMÉE EN FERME

SITUATION

La maison forte de MENIL LA TOUR se trouve sur la commune du même nom, il jouxte l'église et domine la rivière à 330 mètres d'altitude.


HISTOIRE

Il n’existe pas beaucoup de source historique sur cette maison forte. On sait qu'elle est le siège d'une seigneurie indépendante tenue par les chevaliers DE MENIL. C'est sans doute cette famille qui construira le château. 

Au XVI et XVII° siècle la seigneurie appartient à la famille De VIGNEULES , descendant des De POUILLY et des de GORCY. Ce sont ces nobles qui vont métamorphoser l'ancienne maison forte en l'agrémentant au style renaissance.





Les seigneurs DE MENIL

Le château est vendu comme bien de la Nation au cours de la Révolution, les deux tours seront rasées ultérieurement et le bâtiment principal sera transformé en ferme, usage qui est toujours le sien de nos jours. 


ÉTAT ACTUEL

Le coté ouest de la maison forte présente une allure massive, sur son coté sud subsiste une bretèche et une gargouille médiévale. La façade Est a l'allure d'une ferme lorraine traditionnelle .


ACCÈS

Contourner l'église pour atteindre le bâtiment. 


VUES DU SITE


Vue générale



Vue arrière



Ancienne enceinte proche du château



Angle Sud-Ouest



Façade Sud



La bretèche



goulotte

vendredi 26 mai 2017

MAISON FORTE DE VILLEY SAINT-ETIENNE (54)

LA MAISON FORTE DE VILLEY SAINT-ETIENNE (54):

POINT D'OBSERVATION SUR LA VALLÉE DE LA MOSELLE

SITUATION

La maison forte de VILLEY SAINT-ETIENNE se trouve sur la commune du même nom. Elle occupe aune élévation en surplomb de la vallée de la Moselle. à 220 mètres d'altitude.


HISTOIRE

Les origines de cette maison forte appelée aussi GROSSE MAISON remontent au XII° siècle. C'est une possession épiscopale des évêques de TOUL. Parmi les châtelains on trouve la famille DE MALCUIT qui a titre de seigneur de seigneur de VILLEY. 




Les seigneurs de MALCUIT

Au XV° siècle le maison est entièrement réaménagée et acquiert un caractère de style renaissance. En 1604 les lieux sont occupés par le prévôt Jean RAGUET En 1609, le château est acheté au sire DE LA MOTHE de LANFROICOURT, conseiller du duc de Lorraine HENRI II Le Bon par les chanoines de TOUL. De nouvelles modifications du bâtiment surviennent au court du XVII° siècle dont l'aménagement d'un pigeonnier en 1658, dans les combles. Une grande partie des bâtiments sont utilisés par une exploitation agricole.

En 1792 le domaine est vendu comme bien de la nation en deux lots distinct. Plus tard, le château deviendra un presbytère. Au cours des années 1990, l'ensemble est restauré et en  2001 la mairie du village s'installe dans la place.  

La maison forte est inscrite sur la liste des  Monument Historique en 1988.


ÉTAT ACTUEL

Le monument est admirablement bien entretenu.

ACCÈS

Allez à la mairie, vous serez au château.


VUES DU SITE


Vue aérienne de la maison forte (Géoportail)


Vue générale


Entrée de la mairie



Escalier et mur est de l'enceinte


Coté Sud


Rempart des jardins


Façade Sud

mardi 23 mai 2017

CHÂTEAU D' UBEXY

LE CHÂTEAU D' UBEXY (88):

QUAND UN CHÂTEAU-FORT DEVIENT UN COUVENT...

SITUATION

Le château d'UBEXY se trouve sur la commune du même nom, il occupe une vaste surface aux abords de l'église à 300 mètres d'altitude.


HISTOIRE

Le château voit le jour en 1290 du fait de puissante  famille Du CHÂTELET. La forteresse est alors inféodée à la famille d'UBEXY. Étrangement le château subit une influence mauresque dans sa construction, puisque le porte d'entrée s'inspire directement de l'architecture sarrasine. La seigneurie possèdera un château secondaire à RAPEY (88). Dès 1488 le château est possédé par Gérald d'HARAUCOURT qui est aussi seigneur de MAGNIERES (54) - voir ce nom. En 1572 par mariage, le château passe aux seigneurs de SAVIGNY. Ferry de SAVIGNY est sénéchal de Lorraine. Les alliances se font avec les familles de SAINT-AMADOUR et de MONTFORT. 

Les nobles DU CHÂTELET


Le château sera détruit en 1636 lors de la guerre de Trente-ans. Les ruines furent vendues à la Révolution. Propriété des familles RECQ D'UBEXY, REGNAULD, les ruines vont subsister tant bien que mal jusqu'en 1819. Le 20 février 1819, le château est acheté 56 000 francs par le comte Félix-René-Marie De PARDIEU qui va édifier un château moderne qui sera revendu en 1841 à une communauté religieuse.


ABBAYE NOTRE-DAME DE SAINT-JOSEPH

Ces religieuses viennent de LAVAL (53), parmi elles, deux vosgiennes. Elles vont quasiment aménager l'ensemble actuel elle-même. En 1876, une fromagerie est crée, puis le couvent se spécialise dans la fabrication des hosties. Cette activité placera UBEXY premier producteur national d'hosties ( trois à quatre tonnes par mois). un élevage avicole est aussi organisé. En 1971 l'abbaye fonde une abbaye fille à EL ENCUENTRO au Mexique. Douze prieure et abbesses vont se succéder jusqu'en 2011. L'abbesse Christine APTEL et douze sœurs, dont certaines très âgées quittent définitivement UBEXY pour IGNY (51). 

Depuis le château-couvent est à vendre...



ÉTAT ACTUEL

Complètement fermé, plusieurs tours ou bases de tours féodales sont encore visibles tout autour du bâtiment et de l'enceinte du couvent. La porte sarrasine a subsitée jusqu'à nos jours, bien qu'elle ne constitue plus l'accès principal de l'ensemble.


ACCÈS

Seule une visite des extérieurs est possible, mais si vous achetez l'ensemble, vous pourrez le visiter à votre guise...


VUES DU SITE



Vue aérienne du château-couvent ( Géoportail)


Vue aérienne (collection particulière)


Vue coté Sud, notez les tours médiévales de flanquement sur l'enceinte
 ( collection particulière)




Façade principale et porte sarrasine


Porte sarrasine


Tour médiévale


Entrée du couvent



Tour d'angle Nord


Même tour et chapelle


Tour Sud


Tour Sud coté Sud


Le colombier

vendredi 19 mai 2017

CHÂTEAU DE VOUTHON-HAUT

LE CHÂTEAU DE VOUTHON-HAUT (55):

RASE TRÈS RÉCEMMENT...

SITUATION

Le château de VOUTHON-HAUT se trouvait sur la commune du même nom (55), il couronnait une élévation au nord du village, au fond de la rue du château, à 370 mètres d'altitude environ.


HISTOIRE

Ce château est une possession de Simon de PAROYE en 1333. Au courant du XIV° siècle il passe aux mains de la famille DE VERNANCOURT. Par un mariage survenu en 1490, la maison forte échoit aux DES SALLES.

En 1377 naquit dans le village de VOUTHON une nommé Isabelle DEVOUTON qui après un pèlerinage qu'elle effectuera à ROME prendra le nom d'Isabelle ROMEE. Cette femme épousera le nommé Jean DARC et sera la mère de JEANNE DARC. Un monument lui rend hommage entre les villages de VOUTHON-HAUT et de VOUTHON-BAS.





Sans doute endommagé lors de la guerre de Trente-ans, la place est toujours habitée par la famille DESSALLES lorsque survient la Révolution. Le château est vendu en 1795 comme bien de la nation et va devenir comme tant d'autres une carrière de pierre jusqu'en 1834. C'est alors qu'il est relevé et un nouveau château en forme du U va voir le jour.

Au début du XX° siècle, il subsistait une tour ronde médiévale, le four banal et l'aile gauche du nouveau château.

Tout cela a été rasé très récemment pour faire place à ...un hangar agricole.....



ÉTAT ACTUEL

Il ne reste absolument rien du château. Non loin de son emplacement subsiste un lavoir-agayoir construit en 1881 qui lui vient de faire l'objet d'une belle restauration. Ce serait le plus vaste du département de la Meuse.

ACCÈS

La rue du château s'embranche près de la mairie du village.


VUES DU SITE



Plan de situation. En rouge, emplacement du château, en jaune, monument à Isabelle ROMEE




Vue générale au début du XX° siècle ( collection particulière)



Emplacement du château


Le lavoir - égayoir

mercredi 17 mai 2017

CHÂTEAU DE LICHTENBERG

LE CHÂTEAU DE LICHTENBERG (67):

RÉSIDENCE DE LA PLUS PUISSANTE FAMILLE DE BASSE ALSACE

SITUATION

Le château de LICHTENBERG se trouve sur la commune du même nom, il domine le village à 400 mètres d'altitude.


HISTOIRE

La famille de LICHTENBERG apparaît au XIII° siècle, il semble que ce soit une branche lointaine descendante des comtes de DABO. Ces nobles alliés par le sang aux ducs de Lorraine édifient entre 1202 et 1206 un château-fort reconnu comme franc alleux et siège d'une seigneurie autonome. Ils sont cependant vassaux de l'évêque de METZ et ne tardent pas à entrer en conflit avec ce dernier. Les messins assiègent le château en 1260 et le livrent aux flammes.
L'avènement de l'empereur Rodolphe de HABSBOURG permet aux dynastes de relever le château. L'un des membres de la famille Conrad est nommé évêque de STRASBOURG.  En 1286 le château est relevé il possède alors deux donjons composé de tours jumelles de part et d'autre du rocher. Seul le donjon ouest est encore visible de nos jours. En 1305 on sait qu'un village a vu le jour aux pieds de la forteresse. A cette époque les LICHTENBERG désirent obtenir le landgraviat de Basse Alsace en succession à la famille DE WERDE,  le pape s'y oppose en 1332 mais la famille de LICHTENBERG obtient un vaste territoire qui sera la plus grande seigneurie de Bas-Rhin actuel. Dès 1390 la branche ainée des LICHTENBERG s'éteint. Cette disparition va engendrer un conflit entre les héritiers LOUIS V et Jacques. En 1451 les frères s'unissent pour combattre les sires de LINANGE alliés aux OCHSENSTEIN qui tentent de leur ravir leurs possessions. Une bataille a lieu à REICHSHOFFEN et où les LICHTENBERG sont vainqueurs, met fin au conflit. En 1458 Jacques de LICHTENBERG est élevé au titre de comte. Il se retire à HAGUENAU et laisse le château à son frère LOUIS qui décède en 1470. Jacques dernier de sa lignée mourut en 1480. La seigneurie passait au deux gendres survivants respectivement comtes de HANAU et de BITCHE.


Les comtes de LICHTENBERG

Bien avant cette succession le château n'était déjà plus habité par les seigneurs. La place servait à y entreposer richesses et archives. En 1522 la chapelle castrale fut interdite d'accès aux habitants du village par crainte de pillage et édifièrent une église paroissiale. En 1570 les comtes de BITCHE s'éteignent. Les HANAU deviennent avec Philippe V les comtes de HANAU-LICHTENBERG.

Celui-ci fait entièrement reconstruire le château par l'architecte strasbourgeois SPECKLIN qui un siècle avant VAUBAN maîtrisait déjà les fortifications en demi-lune. C'est de cette époque que date la salle des chevaliers et la maison la maison des dames. Lorsque la guerre de Trente-ans éclate, les HANAU-LICHTENBERG épousent le parti des Français, ce qui évitera à la place d'être pillée et détruite comme bien d'autres châteaux de la région. Ce ralliement, les HANAU-LICHTENBERG allaient le payer car dès la pais signée. L' empereur prive ses vassaux de la jouissance de leurs possession et un détachement impérial investit le château. Entre 1667 et 1668 des travaux de modernisation sont de nouveau effectués. 


Les comtes de HANAU-LICHTENBERG

Le 8 octobre 1678 les troupes françaises du maréchal DE CREQUI investissent le château pour le compte du roi LOUIS XIV. Les 180 impériaux qui s'y trouvent sont battus, mais leur commandant nommé DOLNE fait incendier château et village de LICHTENBERG. Le 12 octobre un assaut d'artillerie français fait rage et le 15 DOLNE se rend livrant armes et munitions au vainqueur.

LOUIS XIV charge alors VAUBAN de moderniser la forteresse entre 1678 et 1680. Le village renaît aussi. Une garnison française principalement composée d'invalides occupe les lieux jusqu'à la Révolution. En 1792 le donjon Est s'écroule. Sous le Premier Empire LICHTENBERG est une prison d'État. Une garnison reprend ses quartiers au château sous le Restauration.  A partit de 1830 de l'artillerie moderne équipe la place. Devenu caserne, le château va jouer son dernier rôle militaire en 1870. Le 6 août 1870 l'armée du maréchal MAC-MAHON est défaite à WOERTH et à FROESCHWILLER. C'est la débandade et tout le monde se replie. Le régiment du général DUCROT se réfugie au château de LICHTENBERG le 6 août et y laisse ses blessés. Le 9 août la brigade wurtembougeoise du général VON HÜGEL assiège la place forte d'une garnison de cent hommes commandée par le lieutenant ARCHER. D'abord victorieux, les français résistent jusqu'au 10 août date où le dépôt de munitions explose. La garnison est faite prisonnière et de nombreux morts sont inhumés en hâte dans des fosses communes.

Dès lors le château est laissé à l'abandon. Les ruines sont classées Monument Historique par les autorités allemandes en 1878. 



ÉTAT ACTUEL

Le château vient de faire l'objet d'une magnifique campagne de restauration bien qu'il faille déplorer l'édification de restaurant et boutiques diverses dans les parties renaissance du château et une étrange excroissance absolument hideuse qui dénature l'aspect général du monument.

ACCÈS

A LICHTENBERG, laisser le véhicule et atteindre le château à pieds. Il vous faudra ensuite vous acquitter d'un droit d'entrée modeste pour pouvoir accéder à l'édifice. 


VUES DU SITE

Plan des ruines(collection personnelle)


Reconstitution (collection personnelle)


Vue générale vers 1950 ( collection particulière)



Mur d'enceinte extérieur


Première porte


deuxième porte


troisième porte



Quatrième porte

Enceinte Nord


Enceinte Nord-Est


Extrémité Est


Bastion d'artillerie


Enceinte Sud


Entrons dans la place


Tunnel d'accès


Détail sur la canonnière en enfilade


Débouché du tunnel


Arrivée dans les parties renaissance


Le palais renaissance vu en 1979


Les arcades aujourd'hui


Même endroit vu depuis le sommet du donjon


porte renaissance


Balcon

Terrasse


Le palais


Un bassin


Les casernements et l'excroissance verrue


Même lieu vu en sens inverse


PARTIES MEDIEVALES



Le donjon subsistant et la nouvelle chapelle


La source


Entrée du château-fort


Débouché de l'escalier d'accès


Le puits



Le donjon


Dans le donjon


contrefort interne


portes


Chapelle primitive


Plafond de la chapelle primitive


Escalier du donjon


Fenêtre


Coté Est du château médiéval


Tour de l'horloge


Nouvelle chapelle et tour de l'horloge


Intérieur de la nouvelle chapelle


Tombeau des HANAU-LICHTENBERG


mâchicoulis


Salle d'exposition


Vers le bastion d'artillerie


Enfilade des chambres de tir


Salle voûtée
 

Poste de tir


Autre salle voûtée