lundi 31 octobre 2016

CHÂTEAU DE BIRKENFELS

LE CHÂTEAU DE BIRKENFELS (67):

PENDANT DU KAGENFELS

SITUATION

Le château de BIRKENFELS se trouve sur la commune d'OTTROTT, perdu dans la forêt du massif du Mont Sainte-Odile à 683 mètres d'altitude.


HISTOIRE

Les circonstances de l'érection de ce château sont analogues à celles qui ont permis à son voisin le KAGENFELS de voir le jour.

En 1246, c'est la période dite de l'interrègne. L'évêque de STRASBOURG s'appelle Henri de STAHLECK. Par un coup de main, il s'empare de la ville d'OBERNAI. Après sa victoire, il charge deux familles respectivement les KAGEN et les BEGER dédifier deux châteaux pour s'assurer de la sécurité de ses conquêtes: le KAGENFELS (voir ce nom) et le BIRKENFELS. Il est admis que les travaux de construction de ce dernier débuteront en 1260.



Les sires de BEGER


Rodolphe de HABSBOURG parvient à la dignité impériale en 1289. Les seigneurs de BEGER sont confirmés dans leurs droits sur le château de BIRKENFELS mais la promiscuité de la ville d'OBERNAI engendrera plusieurs querelles avec les châtelains.

Vers 1490 d'importants travaux sont réalisés au château. On y créé la basse cour et un châtelet d'entrée. La famille de BEGER s'éteint en 1532. L'empereur CHARLES QUINT confie la place à son chancelier Mathias HELD qui la vend à la famille JOHAM de STRASBOURG. Pourtant le château est abandonné à la fin du XVIème siècle.

Les nobles de MUNDOLSHEIM conserveront le château tombé en ruines jusqu'à la Révolution où elle sera vendue. Elle reviendra finalement à la ville d'OBERNAI.

Le château est classé monument Historique en 1984. Il va faire l'objet d'une très importante campagne de restauration.



ÉTAT ACTUEL

Les ruines de ce petit château sont majestueuses. Si l'enceinte externe et le châtelet d'entrée ont disparu, le palais offre de belles ouvertures de différents styles. On y accède par un pont volant reposant sur d'impressionnants piliers. On remarque les vestiges de latrines accrochées à la façade Nord.


ACCÈS

Après le couvent de Sainte-Odile, suivre la direction LE HOHWALD. Après le carrefour avec la route redescendant vesr la plaine d'Alsace, suivre la direction initiale jusqu'à un parking au lieu-dit "La Breitmatt". Y laisser la voiture et suivre le sentier balisé qui conduit en 20 minutes aux ruines. 


VUES DU SITE



Croquis des ruines ( réalisation personnelle)




Vue rapprochée du château depuis le parking du couvent du Mont Sainte-Odile




Le château en 1973




Vue générale en 2016




Ouvrage avancé




Donjon et façade Est en 1973




Même vue en 2016



Entrée de la basse-cour




Façade Nord




Latrines




Autre vue de la façade Nord




Coté Ouest du palais




Façade Sud et basse-cour




Pont volant d'accès au palais et l'un des piliers




Entrée du palais



Archère




Intérieur du poste d'un archer




intérieur de l'archère




Intérieur du donjon pentagonal



Intérieur du palais




Trou d'accès au donjon




Intérieur du palais angle Nord-Est




Intérieur coté Sud du palais

samedi 29 octobre 2016

CITADELLE DE BITCHE

LA CITADELLE DE BITCHE (57):

DU CHÂTEAU FÉODAL A LA CITADELLE MODERNE

SITUATION

Le citadelle de BITCHE se trouve sur la commune du même nom. Elle domine la ville à 364 mètres d'altitude.

HISTOIRE

Au XII° siècle, le duc de Lorraine MATHIEU 1er possède un château à LEMBERG (57), connu sous le nom de BYTIS -voir ce nom.

FERRY de LORRAINE hérite de la seigneurie de BITCHE. Il deviendra duc sous le nom de FERRY 1er dit de BITCHE, à la mort de son frère aîné SIMON II. Il est le constructeur du château. Il ordonne aussi la construction de l'abbaye de STURZELBRONN qui accueillera un temps les sépultures ducales. FERRY inféode la place à des ministériels qui prendront le titre de comtes de BITCHE. Cette terre demeure toutefois isolée du reste de la Lorraine. De plus, elle est germanophone. Au cours du XIII° siècle, ces terres sont échangées avec le comte de Eberhard de DEUX-PONTS qui prend le nom de DEUX-PONTS-BITCHE. Cet accord fait l'objet de deux traités ( 13 mai 1297 et 1er juillet 1302 ). de plus, le comte de DEUX-PONTS épouse en 1309 Agnès de Lorraine, fille du comte THIEBAUD II.


Les comtes de DEUX-PONTS-BITCHE

Le château est reconstruit et agrandit. En 1397 Annemann 1er et Simon Wecker 1er de DEUX-PONTS-BITCHE mettent une troupe à disposition de l'évêque de STRASBOURG pour assiéger le château de LA PETITE PIERRE (voir ce nom). Après le conflit, il estiment avoir été sous payés et se mettent à piller les domaines strasbourgeois. Une expédition punitive met la région à feu et à sang, mais le château reste imprenable. En 1447 les seigneurs de LA PETITE PIERRE, le comte de LUTZELSTEIN pour se venger commet à son tour des razzias. Durant la nuit du 19 au 20 mars, les hommes de ce dernier réussissent à escalader le rocher et à investir les lieux. La garnison est massacrée. Le comte de DEUX-PONTS-BITCHE se refugie au château de LANDECK dans le Palatinat, mais plusieurs membres de sa famille sont pris en otages. Guillaume de LUTZELSTEIN se terre dans son château de LA PETITE PIERRE que Frédéric de DEUX-PONTS-BITCHE assiège le 21 avril 1477. Son frère Jacques est resté à BITCHE. De là il organise une expédition pour brûler le village de KALTENHAUSEN (67). Ses soudards sont interceptés par le comte d'ANDLAU venu à la rescousse. Les DEUX-PONTS-BITCHE devront reconstruire le village à leurs frais. 

En 1531 Reinhard de DEUX-PONTS-BITCHE s'éteint, ses deux fils se disputent la succession. Amélie, fille du feu comte Wecker se marie avec Philippe de LINANGE. Ce dernier s'empresse de vendre le comté au duc de Lorraine CHARLES II. Cette vente n'est pas du goût de Jacques de DEUX-PONTS-BITCHE qui en représailles achète les maisons proches du château. CHARLES II fait raser les bâtisses. En 1570 Jacques de DEUX-PONTS-BITCHE disparaît sans héritier. Le comté est inféodé aux comtes de HANAU-LICHTENBERG qui introduisent la Réforme. Il n'en faut pas plus pour provoquer l’ire du duc CHARLES III qui ne tolère aucun protestant en Lorraine. En juillet 1572 il fait assiéger le château, s'en empare et « nettoie » la région de ses protestants...

Philippe V de HANAU-LICHTENBERG intentera un procès dans lequel il sera débouté. En 1575 il tente sans succès de reconquérir son fief par les armes. Jean-René de HANAU LICHTENBERG signera un accord avec le duc CHARLES III et le comté sera partagé. Un bornage est mis en place. Il constitue l'actuelle limite départementale entre la Moselle et le Bas-Rhin.

En 1634 c'est la guerre de trente Ans et le duc CHARLES IV a pris les armes contre le roi de France LOUIS XIV.


LOUIS X IV (bas relief à l'entrée de la citadelle)
 
En 1680 les français occupent durablement le château. TURENNE y réside durant l'hiver 1673-74. Il convainc le roi de faire restaurer la place et c'est VAUBAN qui est chargé des travaux entre 1683 et 1697, mais dès 1698 la place est à nouveau démantelée en conséquence du traité de RYSWICK qui restitue le duché de lorraine au duc LEOPOLD 1er.


Armes de BITCHE 
(bas relief à l'entrée de la citadelle)

La place bien qu'en ruines connaît une nouvelle occupation française lors de la guerre de succession d'Espagne en 1701. Le roi LOUIS XV, hérite de la Lorraine par son épouse fille roi STANISLAS. Il charge comte de BOMBELLES de restaurer le château pour en faire une citadelle moderne. L'architecte CORMONTAIGNE fait ériger les casernements et les ouvrages avancés sur les rochers annexes. Les travaux sont achevés en 1765. Une garnison française y prend ses quartiers. En 1846 le roi LOUIS PHILIPPE fait construire le FORT DE LA PIERRE PERCÉE dit FORT SAINT-SEBASTIEN. Cette construction fait partie d'un vaste programme de fortification qui sera entre autres à l'origine  de l'édification du FORT BOYARD (17).

1870, guerre franco-prussienne. Les prussiens assiègent la citadelle qui ne se rendra pas.


Siège de citadelle 
(gravure allemande du XIX° siècle - collection personnelle)
 
La citadelle sera endommagée en 1944 par l'artillerie américaine.

Il faudra toutefois attende 1979 pour que le monument soit classé au titre des monuments Historiques.



ÉTAT ACTUEL

Les travaux de restauration sont toujours en cours. La citadelle est un monument remarquable ouvert au public. Un audio guidage est proposé mais Je déplore toutefois la prédominance des explications historiques sur la période 1870/71. L'impasse est total sur la passé féodal de la place. 


ACCÈS

Suivre les indication routières. Un vaste parking se situe à proximité de l'entrée de la citadelle.

VUES DU SITE


Plan de la citadelle (affiché sur place)


Bitche (gravure allemande du XIX° siècle (collection personnelle)


Vue générale en 1977

VISITE EXTÉRIEURE



Seconde porte


Bastion Est


Détail


Partie Sud-Est


Partie Sud-Ouest


Détail de courtine


Tour de flanquement Sud


Bastion Ouest coté Sud


Bastion Ouest


Bastion Nord


Coté Nord


Tour de flanquement Nord



Rampe d'accès

ENTRONS DANS LA PLACE



Pont-levis


Entrée de la citadelle dédicacée au roi LOUIS XV


Premier tunnel d'accès


Sortie du premier tunnel et entrée du second


Second tunnel


Débouché du second tunnel et point culminant de l'ouvrage


La chapelle


Intérieur de la chapelle


Drapeau des défenseurs de 1870


Maquette (collection des Plans et Reliefs )


Mécanisme de l'horloge


Musée militaire


Emplacement des casernements


La poudrière


Soutes à munitions


Porte d'accès au bastion Est


Pont d'accès au bastion Est. En arrière plan, le fort
Saint-Sébastien


Bastion Ouest


Accès secondaires aux souterrains


Meurtrière


Latrines


Canon


Fossé vers le bastion Ouest


Coté Nord


Coté Sud


Pavillon d'accès aux souterrains



LES SOUTERRAINS



Galerie maçonnée



Galerie taillés dans le roc


La forge


Poste de tir


Le puits et sa roue ''cage d'écureuil"


La boulangerie


Un dortoir


FORT SAINT-SEBASTIEN



Vue générale