mercredi 27 juillet 2016

CHÂTEAU DE HUGSTEIN

LE CHÂTEAU DE HUGSTEIN (68):

RÉSIDENCE DES ABBÉS DE MURBACH ET PRISON ECCLÉSIASTIQUE

SITUATION

Le château de HUGSTEIN se trouve à cheval sur les communes de GUEBWILLER et de BUHL (68) De sa position située à 389 mètres d'altitude, le château surveille la vallée du FLORIVAL et le vallon de MURBACH.

HISTOIRE

Entre 1228 et 1236 l'abbé Hugues de ROUGEMONT appelé aussi de ROTHENBOURG surveilla l'érection du château-fort. La place deviendra la résidence habituelle des princes-abbés de l'abbaye de MURBACH (voir ce nom). Hugues donnera son nom au château. Il suivra l’empereur Frédéric BARBEROUSSE en Terre Sainte lors des Croisades. En 1300 la place est inféodée aux nobles de HUS qui la conserveront peu de temps. Thierry et Renaud de MONTBELIARD reconnus chevaliers félons seront emprisonnés au château. En 1313 la chapelle castrale est consacrée.

Au XV° siècle l'abbé Barthélémy d'ANDLAU réaménage les fortifications. On lui doit la construction de la porte forte . En 1476 l'abbé décède au château. C'est alors qu'un bien étrange événement va se produire. Le cercueil est chargé sur un char afin de conduire le défunt dans l'abbatiale pour l'inhumer. Le cheval ne peut ébranler l'attelage. On y attelle deux autres chevaux en renfort qui parviendront laborieusement à mener le corbillard jusqu'à l'abbaye. On raconte que l'on a ouvert de cercueil pour rendre un dernier hommage au défunt, mais que ce cercueil était vide. DIABLERIE!. 

Sans doute sommes nous là dans le domaine de la légende.



Grandes armoiries des princes-abbé de LURE et MURBACH


Au XVI° siècle deux nouvelles tours sont construite par l'abbé Georges de MASEVAUX. A la mort de cet abbé en 1542 survient une querelle de succession entre Henri de JESTETTEN et Rodolphe STOER de STOERENBOURG déjà abbé de HONCOURT. JESTETTEN se retranche au HUGSTEIN qui alors assiégé et pris. En 1598 la foudre s’abat sur le château. Les parties intactes vont servir de geôle au profit de l'inquisition qui y enferme hérétiques, protestants et sorciers de tous poils. Plusieurs d'entre eux furent brûlés sur l'esplanade de située au sud du château. Le HUGSTEIN est abandonné au début du XVIII° siècle et livré aux démolisseurs.

Le château est classé Monument Historique par les autorités allemandes en 1898.

ETAT ACTUEL

Les ruines ont récemment fait l'objet d'une vaste campagne de restauration et de mise en valeur. L'enceinte extérieure autrefois invisible est désormais dégagée de la végétation. Il subsiste un belle porte forte et la base d'un donjon cylindrique de dix mètres de diamètres. Les angles du château sont arrondis comme au GEROLDSECK-SARRE -voir ce nom. La quasi totalité des pierres de recouvrement des murailles ont disparu. Un pan de mur entier et fortement penché est étayé par un pilier.


ACCÈS

A l'Est de la ville de GUEBWILLER, suivre le fléchage routier indiquant le château. Laisser le véhicule sur le parking proche d'un établissement de santé. On parvient au château après quinze minutes de marche sur un sentier qui par temps humide ou au printemps se transforme en ruisseau (bain de pied garanti!). Il existe un accès plus court par un sentier au départ de la route menant à BUHL. Mais il n'y a plus de possibilité de parking.

VUES DU SITE



Croquis des ruines ( réalisation personnelle)




Reconstitution (collection personnelle)




Arrivée au château. A gauche, la "place des bûchers"




Vue générale coté Est




La porte en 1972




De nos jours la grande meurtrière a été comblée




Vue générale coté Nord-Est




Vue générale coté Nord




La porte vue du fossé




Défenses de la porte et meurtrière comblée




Canonnière




Lices Nord




Mur Ouest




Mur oblique, pilier et accès aux parties hautes




Angle Sud Ouest du château




Les logis




Le donjon




La grande baie en 1972




Donjon et grande baie en 2016




Le fossé et des cônes d'éboulis




Façade Sud vue depuis "l'esplanade des bûchers"




Détail sur les arches de décharge

lundi 25 juillet 2016

CHÂTEAU DE CHALIGNY

LE CHÂTEAU DE CHALIGNY (54) :

FORTERESSE DES BOUCLES DE MOSELLE


SITUATION

Le château de CHALIGNY se trouvait sur la commune du même nom, au centre du village, à environ 330 mètres d'altitude.


HISTOIRE

La localité est commue depuis 964 sous le nom de CHELINEIUM. Nous sommes aux portes de NANCY, d'où l'intérêt pour l'évêque de METZ de faire construire un château-fort en ce lieu qui domine la Moselle. C'est au cours du XII° siècle que le château voit le jour. Il est confié à la famille des comtes de VAUDEMONT. En 1340 CHALIGNY est élevé au rang de "VILLE".

En 1345 le château passe sous suzeraineté des ducs de Lorraine. Il reste tenu par les VAUDEMONT jusqu'à se destruction qui va intervenir en 1467 après un siège et un assaut suite à un conflit entre Thiebaut III de VAUDEMONT et le duc de Lorraine RENE II. Le château est rasé. Il va servir de carrière de pierres pour la construction des maisons édifiées à son emplacement ainsi que pour l'agrandissement de l'église entre 1515 et 1530.

Malgré la disparition de la forteresse, les VAUDEMONT resteront seigneurs de CHALIGNY. Le 21 novembre 1625, succédant à la duchesse Nicole,  François de VAUDEMONT devient  duc de Lorraine sous le nom de FRANCOIS II. Il abdique six jours plus tard au profit de son fils qui deviendra le controversé CHARLES IV qui porte une lourde part de responsabilité dans les massacres de la guerre de Trente-ans.


ETAT ACTUEL

Il ne reste rien du château. Seuls quelques vestiges de l'enceinte du village médiéval subsistent à la périphérie du vieux village.

ACCÈS

Si vous flânez entre les rues et impasse du château et l'église, vous êtes sur les lieux où s'élevait la forteresse.



VUES DU SITE



Emplacement du château (Géoportail)




Ici se trouvait le cœur du château




Vieux mur




L'église agrandie avec les pierres du château

samedi 23 juillet 2016

CHÂTEAU DE SANDAUCOURT

LE CHÂTEAU DE SANDAUCOURT (88):

LE CARDINAL DE RETZ Y SÉJOURNAIT

Bien sûr me direz-vous, SANDAUCOURT n'est pas un château d'origine féodale. J'ai tout de même voulu le faire figurer sur ce blog car j'y attache un lien particulier. J'ai bien connu son ancien propriétaire le docteur KIRCH et j'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de visiter le monument lorsque celui-ci n'était pas ouvert au public entre 1988 et 1995.


SITUATION

Le château de SANDAUCOURT se situe sur la commune du même nom, au centre du village, à 351 mètres d'altitude.


HISTOIRE

Le château voit le jour entre 1549 et 1553 à l'initiative de Claude de BEAUVAU ou de son frère Aloff. Les BEAUVAU sont seigneurs de SANDAUCOURT. A la mort de Claude en 1553, le château passe en indivision à ses deux gendres Claude de REINACH et Jean de DAMAS. Claude de REINACH est un personnage important. Il est chambellan du duc de Lorraine CHARLES III et sénéchal du BAROIS. Cette indivision dure jusqu'en 1715. 



Les nobles De BEAUVAU

SANDAUCOURT échappe à la guerre de Trente-Ans car il est tenu par la famille FULLIGNY-DAMAS qui est fidèle au roi de France LOUIS XIII. C'est paradoxal car les descendants des DE REINACH en la personne de Jean-Jacques de HARAUCOURT, seigneur de SAINT-BASLEMONT sont eux disciples du duc de Lorraine CHARLES IV. Pourtant, l'épouse de Jean-Jacques, Barbe d'ERNECOURT sera l'Amazone Chrétienne qui va combattre coté Français et contre son mari (Voir château de SAINT-BASLEMONT).

Au XVIII° siècle un grand personnage, le cardinal de RETZ rend périodiquement visite aux coseigneurs de SANDAUCOURT Louis des ARMOISES et Jean-Nicolas FULLIGNY-DAMAS qui sont ses amis. Sa présence y est avérée notamment le 3 novembre 1672 pour le baptême de son filleul Jean-François Paul de FULLIGNY-DAMAS.

En 1715 le château est vendu au marquis d'AMENZUAGA de RISCAL d'ALEGRE, un espagnol. En 1535 il est occupé par un fermier général de Lorraine du nom de Sigisbert RICHARD qui le vendra en 1770 à François de SAINT-LIGIER, maréchal de camp au service du roi LOUIS XV.



Les nobles De REINACH

C'est à lui que nous devons le perron du château, le comblement des douves, l'agrandissement des fenêtres et l'édification des deux annexes encadrant la grille d'entrée. SAINT-LIGIER est l'époux d'Agnès de BRY d'ARTOIS, ancienne dame de compagnie de Marie LESZCZYNSKA épouse de LOUIS XV et fille de STANISLAS. Losqu'éclate la Révolution SAINT-LIGIER émigre abandonnant sa famille à SANDAUCOURT. Après les événements et par mariage le château passe aux SCITIVAUX DE GREISCHE.

En 1931, le château est acheté par la société Paul COUILLARD qui y installe une fromagerie qui fonctionnera jusqu'en 1969, date où le château devient un foyer pour travailleurs émigrés au profit de l'usine VOGICA de CHATENOIS.

En 1976 les époux KIRCH rachètent les lieux et commencent à les restaurer et surtout à les remeubler. Le château et ses dépendances sont finalement partiellement classés Monument Historique le 2 avril 1980. En 2000 le docteur KIRCH veut donner le monument au Musée Lorrain qui le refuse. Il est finalement acheté par le propriétaire du château de THUILLIERES (voir ce nom).


ETAT ACTUEL

Le château présente un plan carré encadré par quatre tours d'angles avec canonnières. Il est précédé par deux bâtiments. Celui de droite dit chapelle ou salle des colonnes abrite un musée d'ornements religieux. Celui de gauche était la résidence habituelle du docteur KIRCH. La vaste ferme du château est devenue un centre de production de miel.

Le château qui abrite une belle collection de véhicules PANHARD et LEVASSOR est visitable durant la saison estivale. Dans le parc se trouve la tombe de Madame KIRCH.

ACCÈS

Le château se situe rue du château, en bordure du ruisseau de l’Épine.


VUES DU SITE



Le château au début du XX° siècle (collection particulière)




Vue générale




Façade principale




Les PANHARD




Pavillon qui fut la demeure du docteur KIRCH




La chapelle-musée et la ferme

samedi 16 juillet 2016

CHÂTEAUX DE GERMINY

LES CHÂTEAUX DE GERMINY (54):

TROIS CHÂTEAUX DU TOULOIS


SITUATION

Les châteaux de GERMINY se trouvent sur la commune du même nom à 350 mètres pour le CHÂTEAU-HAUT, à 322 mètres pour le CHÂTEAU-EMY. Je n'ai pu situé l’emplacement du CHÂTEAU-BAS qui a entièrement disparu.

HISTOIRE

On connaît bien peu de chose sur ces châteaux

Le CHÂTEAU-HAUT remonte au XII° siècle. C'est une possession des seigneurs de HARAUCOURT. Il est cité en 1512. En 1522 Nicolas de LUCELBOURG occupe la place. Il est capitaine ne NANCY. Le château possédait un fort donjon carré à cinq niveaux haut de plus de 25 mètres. L'ensemble est réaménagé en château moderne au XVIII° siècle, lequel sera entièrement démoli.

Le CHÂTEAU- EMY  (émy en lorrain veut dire intermédiaire) et le CHÂTEAU-BAS sont tenus par la famille de GERMINY dont les membres ont leur sépulture en l'abbaye SAINT-EPVRE de TOUL.
Ce château est aujourd'hui transformé en ferme et mesure 75 X 70 mètres.

On sait que le CHÂTEAU-BAS possédait un fort donjon carré aux angles arrondis. Il a entièrement disparu sous le coup des récupérateurs de pierre. Construit à l'extérieur du village il n'en subsiste rien


ETAT ACTUEL

La base du donjon carré du CHÂTEAU-HAUT est encore visible, mais inaccessible du public. Il reste deux tours d'angle et les fontaines. L'une des tours est une annexe de la mairie.

ACCÈS

Les châteaux sont des propriétés privées et seule une visite extérieure en est possible.




VUES DES SITES


LE CHÂTEAU-BAS



L'emplacement du château est matérialisé par l'étoile




La motte du château matérialisée sur un cadastre du XIX° siècle


LE CHÂTEAU-HAUT



Croquis des lieux (réalisation personnelle)




Vue aérienne (Géoportail). L'étoile indique l'emplacement du donjon





Tour Est




Entrée de la galerie des fontaines




La galerie




Les fontaines




Enceinte basse




Tour-mairie




Seconde tour




Coté Ouest




Les deux tours





LE CHÂTEAU-EMY




Vue aérienne (Géoportail)




Entrée




Coté Sud