mardi 31 mai 2016

ABBAYE DE PAIRIS

L'ABBAYE DE PAIRIS (68):

UN ETABLISSEMENT CISTERCIEN


SITUATION

L'abbaye de PAIRIS s'élevait au lieu-dit du même nom sur la commune d'ORBEY (68), à 650 mètres d’altitude.


HISTOIRE

L'abbaye est née en 1138 suivant la volonté d' Ulrich de FERRETTE. C'est au départ une annexe de l'abbaye de LUCELLE (68). Cette création est reconnue en 1160 par le pape ALEXANDRE III. L'empereur Frédéric BARBEROUSSE exempte le monastère de tout impôt et reconnait que l'établissement dépends de l'ordre cistercien et du pape.

L'abbé MARTIN participe à la quatrième croisade, celle qui commettra le sac de CONSTANTINOPLE. A cette occasion MARTIN dérobe plusieurs reliques dont un fragment de la Vraie Croix.

En 1356 l'abbaye est détruite par le grand tremblement de terre. Le 18 octobre, elle est pillée par les Français. En 1444 le monastère est à nouveau mis à sac par les Armagnacs. Après plusieurs pérégrinations, les objets dérobés seront déposés à l'abbaye d'ALSPACH (68).

Au XVI° siècle, les terres d'ORBEY passent avec la seigneurie du HOHNACK (voir ce nom) dans les mains des comtes de RIBEAUPIERRE. Cette famille embrassera momentanément la Réforme et tenteront d’entraîner les moines de PAIRIS dans cette démarche.

En 1525 les paysans révoltés appelés "Rustauds" envisagent de saccager l'abbaye de SAINT-DIE (88) où ils subiront une défaite. PAIRIS est sur leur route et l'établissement est à nouveau mis à sac. L'abbaye aura du mal à se relever et ne retrouvera jamais sa grandeur d’antan. Arrive la Guerre de Trente-Ans et la prise du monastère par les troupes Suédoises. En 1632 l'abbaye dépend de la famille noble WETZEL DE MARSILIEN. En 1648 le roi de France LOUIS XIII nomme l'abbé Bernardin BUCHINGER.

La Révolution éclate le dernier abbé Antoine DELORT est chassé avec ses neuf derniers moines. Les bâtiments sont vendus au titre de bien de la Nation en 1790 et immédiatement livrés aux démolisseurs qui en feront un carrière de pierre.

En 1849 la commune d'ORBEY fait relever ce qui reste de ruines et ouvre un hôpital. Une nouvelle chapelle est édifiée au cours du XIX° siècle. De nos jours, PAIRIS demeure un établissement hospitalier.


ETAT ACTUEL

L'unique vestige de l'abbaye est constitué par l'ancienne porterie toujours debout.


ACCÈS

Traverser la localité d'ORBEY et prendre la direction du Lac Blanc. L'abbaye se trouve en bordure de la route.


VUES DU SITE



L'abbaye au XVIII° siècle (collection particulière)




L'abbaye en cours de démolition (collection particulière)




Vue générale en 2016




Le fronton




La chapelle




Vestiges de la porterie d'origine




La porterie vue de l'intérieur de l'abbaye

samedi 21 mai 2016

CHÂTEAU DE NIEDERNAI

LE CHÂTEAU DE NIEDERNAI (67):

POSSESSION DES SIRES DE LANDSBERG




SITUATION




Le château de LANSBERG-NIEDERNAI ou de NIEDERNAI est un château de plaine sur motte l'élevant de 5,65 mètres par rapport au sol et qui se trouve sur la commune du même nom en périphérie du village à environ 170 mètres d'altitude.



HISTOIRE

En 706, NIEDERNAI dépend de l'abbaye de MOYENMOUTIER (88).

Au XII° siècle le château est un fief épiscopal de l'évêché de STRASBOURG inféodé aux nobles de LANDSBERG. En 1256 ceux-ci s'affranchissent de la tutelle de l'évêque. Il fortifient le village situé aux abords du château en 1284 et l'élèvent au rang de ville placée sous la protection de Jean de LICHTENBERG, évêque de STRASBOURG. D'importants travaux sont entrepris en 1356 puis en 1434.

En 1434 le comte de FENETRANGE se trouve à la tête de 3000 armagnacs soutenant le dauphin de France, le futur LOUIS XI. La troupe s'installe à NIEDERNAI.

En 1572 les sires de LANDSBERG se convertissent à la Réforme.



Les sires de LANDSBERG


En 1587 il est investit par les Suisses puis par les comtes de BADE-DURLACH durant la guerre des Évêques entre 1592 et 1593. La ville est miser à sac. Durant le guerre de Trente-Ans, les Suédois pillent la place en 1622 et démantèlent le château en 1636. Un nouveau pillage y est commis par les troupes impériales en 1674.

Avec la rattachement de l'Alsace à la France, NIEDERNAI devient provisoirement le siège de la gouvernance de la province entre 1680 et 1682.

Un nouveau château est élevé au XVII° siècle, il est agrandit au XVIII° et au XIX° siècle. Le bâtiment servira d'hôpital militaire durant le premier conflit mondial.

Le château a été vendu en 2007 à un promoteur immobilier qui avait l'intention de transformer les lieux en hôtel de luxe avec édification de bâtissent qui auraient dénaturé le site. Heureusement, avant la vente l'ancien propriétaire avait fait les démarches nécessaires pour faire classer le monument. Ce classement est devenu effectif le 30 janvier 2008 contrecarrant les projet du nouveau propriétaire. Depuis la situation est bloquée...

ETAT ACTUEL

Difficile d'en juger car le site n'est pas ouvert au public. Seuls les vestiges des fortification de la ville médiévale sont visibles aux abords du cimetière.


VUES DU SITE



Vue aérienne (Géoportail)
En rouge de château féodal, en bleu de château moderne




Le château sur une gravure ancienne (collection particulière)





Le château féodal (collection particulière)




Tombeau des sires de LANDSBERG (collection personnelle)




La porte d'entrée




Le donjon aperçu depuis l'extérieur




La masse du donjon vue en contre-jour




Une tour dans le village

vendredi 20 mai 2016

CHÂTEAU DE JUNGHOLTZ

LE CHÂTEAU DE JUNGHOLTZ (68:

UN CHÂTEAU AU CENTRE D'UN CIMETIÈRE

Ce château est aussi connu sous le nom de FELSENBERG.



SITUATION

Le château de JUNGHOLTZ se trouve sur la commune du même nom. Il occupait la colline surplombant le cimetière juif situé sur la route menant au pèlerinage de THIERENBACH. Il s'inscrit entre la rue et l'impasse du château, à 356 mètres d’altitude.


HISTOIRE

D'après la tradition locale, le château aurait vu le jour en 1050. Il est cité pour ma première fois en 1259. C'est un fief de l’évêché de STRASBOURG tenu par les nobles RUNTSCHAN DE JUNGHOLTZ. Ils garderont les lieux jusqu'en 1337, date de leur extinction. Le château passe ensuite entre 1337 à 1386 à Karl WALDNER DE FREUNDSTEIN. Les châtelains vont se succéder. En 1471 le château est aux mains de Wersick BOCK de STAUFFENBERG avant d'échoir à Reinhard de SCHAUENBOURG. Cette famille va alors trouver au début du XVI° siècle un moyen original de s'enrichir. Ils louent des parcelles des fossés du châteaux aux juifs locaux qui désirent s'y faire inhumer. Cette pratique sera très rentable puisqu'en 1789, les redevances s'élèveront à 400 livres. Ce cimetière existe toujours et comporte plusieurs centaines de tombes...



Les sires de SCHAUENBOURG


A la Révolution, le château est vendu comme bien de la nation et livré aux démolisseurs au XIX° siècle. De nos jours des maisons modernes occupent la quasi totalité du château hormis les parties hautes.



ETAT ACTUEL 

Outre les fossés occupés par le cimetière, il reste une courtine rue du château, vestige de l’enceinte extérieure. Sur un promontoire au fond de l'impasse du château se trouve une élévation inaccessible portant encore des vestiges de construction.


ACCÈS

Stationner le véhicule à hauteur du cimetière israélite et parcourir à pied les rue et impasse du château.

 VUES DU SITE



Plan des lieux. En bleu le château, en rouge, les fossés




Vue aérienne du site. Les étoiles rouges matérialisent l'emplacement
des vestiges (Géoportail)




Le château autrefois (collection particulière)




Document ancien montrant le château et ses fossés emplis de tombes




Le cimetière; On aperçoit une multitude de tombes en arrière plan




Vestiges de l'enceinte




Les contreforts




Les parties hautes




Vestige principal

jeudi 19 mai 2016

CHÂTEAU DE L'AVANT-GARDE

LE CHÂTEAU DE L'AVANT-GARDE (54):


UNE MENACE POUR NANCY




SITUATION



Le château de l'AVANT-GARDE domine la ville de POMPEY à 305 mètres d'altitude. Il fait face au château lorrain des RAYS situé sur la rive opposée de la Moselle à FROUARD.


Rappelons que l'acier qui constitue la tour Eiffel a été produit à POMPEY.


HISTOIRE


Nous sommes sur les terres de la famille de MOUSSON vassale des ducs de BAR. Nous sommes proches du confluent de la Meurthe et de la Moselle, point frontière entre la lorraine, le duché de BAR et l’évêché de METZ. En 1311 Pierre de MOUSSON reçoit la contrée en apanage. Il va construire le château face au château lorrain des RAYS et du château messin de  CUSTINES. Dès 1322 les événements se bousculent. Le duc de Lorraine FERRY IV le LUTTEUR vend sa neutralité lors d'un différent au sujet de hommage que doit lui rendre Pierre de BAR. Par cet acte L'AVANT-GARDE devient un arrière fief lorrain.


A compter de l'an 1322 les seigneurs de POMPEY ont de grandes difficultés financières. Ils vendent leurs service au roi de France CHARLES IV LE BEL. Pierre II de POMPEY devient le chef d'une bande de routiers bretons qui écument la région de 1360 à 1380. Le comte de BAR confisque le château et le donne pour moitié aux comtes de NASSAU-SARREBRÜCK.

Au XV° siècle le comte de BAR se rallie à Louis d'ORLEANS ce qui pousse le duc de Lorraine CHARLES II à assiéger l'AVANT-GARDE et à le saccager le 21 mai 1406. Le château ne sera relevé qu'en 1411. A la fusion des duchés de BAR et de Lorraine en 1473, le château perd son importance stratégique; il devient siège d'une prévôté et résidence de bâtards de la maison ducale. En 1528 il est occupé par Jacques de VILLENEUVE.

Lors des guerres de religion, des protestants allemands envahissent la lorraine. A cette occasion l'on construit le "boulevard extérieur" du château. La place sera occupée jusqu'en 1635 date où il sera démantelé par les armées françaises.

Au XIX° siècle les ruines ont failli disparaître englouties par une carrière de pierre qui a laissé une falaise de vingt mètres de haut aux pied du château.

Les ruines font actuellement l'objet d'une campagne de restauration.


ÉTAT ACTUEL


Les vastes ruines sont à demi enterrées par la création du "boulevard". Elles présentent plusieurs tours carrées et de nombreux vestiges.



ACCÈS


A POMPEY suivre la rue de l'AVANT-GARDE jusqu'aux terrains de sport où l'on stationnera le véhicule. Un chemin situé à mi côte sous les installations sportives conduit au château dont seuls les extérieurs sont visibles. L'intérieur est interdit d'accès, mais parfaitement visible de l'extérieur.





VUES DU SITE





Plan de situation




Plan du château



Le château autrefois




Les ruines vues sur un tableau ancien




Vue aérienne (Géoportail)




Extérieur de la tour Nord-Est




Le boulevard




La porte principale




Logis ou communs




Intérieur de la tour Nord-Est




Cour intérieure




Enceinte




La barbacane




Intérieur du château

VIEUX CHÂTEAU D'OTTROTT, le LUTZELBOURG et le RATHSAMHAUSEN

LES TROIS CHÂTEAUX D'OTTROTT (67:

TROIS CHÂTEAUX DANS L'HISTOIRE

Trois châteaux à OTTROTT ? 

En fait il y a onze châteaux sur le territoire de cette commune!
Sous cette appellation seront traités les châteaux d'OTTROTT, de LUTZELBOURG et de RATHSAMHAUSEN.



LE VIEUX CHÂTEAU D'OTTROTT

La seconde famille  de LUTZELBOURG s'installe à OTTROTT à la fin du XI° siècle ( la première qui construisit le château éponyme dans le département de la Moselle étant éteinte).

Le premier membre de cette famille semble être Hermann de LUTZELBOURG. Lui et ses descendants sont au service du couvent de HOHENBOURG (SAINTE-ODILE). Le château devient alors fief des RATHSAMHAUSEN-EHENWEIR en 1414 en récompense de l'achèvement des travaux de restauration des châteaux de LUTZELBOURG et RATHSAMHAUSEN.
Une paix castrense est ratifiée en 1461 et 1470 avec l'évêque de STRASBOURG. La suite de l'histoire est inconnue.

Le château est découvert en 1850 lors de travaux dans la propriété de Monsieur de DARTEIN à d'OTTROTT. Il s'agit d'une construction mesurant 14 mètres sur 10 avec des murs épais de 1,60 et comportant des fenêtres romanes. Ces vestiges malheureusement reconstruits, notamment par l'ajout de fenêtres géminées prélevées au château de GUIRBADEN sont aujourd'hui dans le parc du domaine de WINDECK à OTTROTT.



Le vieux château (collection particulière)

LES CHÂTEAUX DE LUTZELBOURG ET DE RATHSAMHAUSEN


SITUATION

Ces deux châteaux séparés par un terre-plein de d'environ 40 mètres dominent un mamelon culminant à 502 mètres d’altitude. Les ruines se dressent au dessus d'une maison forestière dans une forêt privée de la commune d'OTTROTT.

HISTOIRE

Les deux châteaux existent au XII° siècle. Les sires de LUTZELBOURG bien qu'en conflit permanent avec le couvent de HOHENBOURG verront en 1230  Elisabeth de LUTZELBOURG nommé abbesse du couvent. 

En 1372 les deux places sont ravagées par les Grandes Compagnies. En 1392 l'empereur VENCESLAS décide d'octroyer la jouissance des châteaux aux comtes d'ANDLAU. Qu'est-il arrivé aux LUTZELBOURG ? La lignée s'est peut-être éteinte.


Les hobereaux de RATHSAMHAUSEN


Les nouveaux maîtres vont négliger l'entretien des forteresses qui ne sont toujours pas restaurés en 1392. Devant cette situation, les D'ANDLAU sont dépossédés de leur charge au profit de hobereaux: les RATHSALHAUSEN-EHENWEIR. Ce sont eux qui vont relever les places. Les travaux sont achevés en 1414. Le château de LUTZELBOURG devient alors fief de nos hobereaux. Au XVI° ce même château  est à nouveau détruit pour une raison ignorée.

L'autre château ( le RATHSAMHAUSEN ) est passé dans les mains de l’électeur Palatin LOUIS III le BARBU en 1413. Toutefois les RATHSAMHAUSEN-EHENWEIR en restent les châtelains. La place sera vendue à Henri de HOHENSTEIN de qui elle passera en 1477 à Daniel de MULLENHEIM. Caspar et Georges de MULLENHEIM vont transformer le château de RATHSAMHAUSEN et en faire un magnifique palais entre 1523 et 1530. Le style renaissance adopté pour l"occasion en fait une demeure fastueuse décorée de fresques. Les sires de RAHSAMHAUSEN qui résident toujours au LUTZELBOURG rachètent le château voisin en 1557 et y transportent leur résidence. Ils occuperont la place jusqu'à la guerre de Trente-ans.

Les sires de MUHLENHEIM

Les circonstances et la date de destruction des deux château reste une énigme. Les ruines seront vendues par les RATHSAMHAUSEN aux citoyens LAUTH et GRUMMER au début du premier Empire. Les châteaux devinrent ensuite la propriété de la famille SCHEIDECKER. De nos jours les ruines sont toujours une propriété privée.

Les châteaux sont classés Monument Historiques en 1985.



ETAT ACTUEL

Bien qu'imposantes, les ruines des châteaux dits d'OTROTT sont dans un état lamentable. De nombreux murs sont à la limite de l'écroulement.



ACCÈS

A KLINGENTHAL, gagner le hameau d'EICHWAELDEL et laisser le véhicule sur la parking dit des Châteaux d'OTTROTT. Suivre à pieds le chemin forestier qui mène en 45 minutes au pieds des châteaux. Vous ne pourrez pas accéder aux ruines qui sont hautement clôturées. Cette situation n'est pas nouvelle, car depuis les années 1970, je n'ai jamais pu accéder à ces châteaux, même quand leur état n'affichait pas encore le délabrement actuel...

Lors d'une précédente campagne de restauration, un accident mortel est intervenu mettant fin aux opérations. Il semble néanmoins que des travaux de débroussaillage soient en cours.


VUES DU SITE



A gauche le RATHSAMHAUSEN, à droite le LUTZELBOURG
(Géoportail)




Reconstitution (collection personnelle)




Gravure allemande du XIX° siècle (collection personnelle)




Le RATHSAMHAUSEN, on aperçoit le donjon du LUTZELBOURG à gauche.
Vue prise depuis le château de KOEPFEL.




Vue aérienne (collection personnelle)




Les ruines au début du XX° siècle (collection particulière)




Etat au début des années 1950 (collection particulière)


LE LUTZELBOURG




Reconstitution




Plan (collection personnelle)




Enceinte extérieure




Le château aperçu au travers du grillage de clôture



LE RATHSAMHAUSEN




Reconstitution




Plan (collection personnelle)




Vue générale au début du XX° siècle (collection particulière)




Intérieur du palais (collection personnelle)




Le château en 2016 vu depuis la maison forestière




Le château vu des ruines du KOEPFEL