samedi 30 avril 2016

CHÂTEAU D'ALTKIRCH

LE CHÂTEAU D'ALTKIRCH (68) :

CHÂTEAU-FORT CIRCULAIRE

SITUATION

Le château d'ALTKIRCH se trouvait sur la commune du même nom, construit à environ 300 mètres d'altitude à proximité de l'église actuelle et de la mairie.

HISTOIRE

Le château a vu le jour au cours du XI° siècle. ALTKIRCH est alors une terre Bourguignonne relevant les comtes de MONTBELIARD. Il passe à une branche de cette famille qui n'est autre que les comtes de FERRETTE. Avec tout le comté, ALTKIRCH passe par mariage sous le domination de la Maison d'AUTRICHE des HABSBOURG en 1324.

Le château sera gravement endommagé lors du tremblement de terre de 1356. Il est relevé et transformé en une caserne. La forteresse gardera ce rôle durant toute son existence. Les troupes Bourguignonnes de Pierre de HAGENBACH y cantonnent en 1492.  Le château souffrira des exactions des paysans révoltés appelés Rustauds en 1525. Il semble que ce soit la guerre de Trente-Ans qui sonne le glas de la forteresse.

En 1675 le château est en ruines. Il est décrit par Lazare DE LA SALLE comme une construction sans beau logis et flanqué d'un imposant donjon circulaire. Abandonnées, les ruines sont livrées aux démolisseurs et servent de carrière de pierre jusqu'à disparaître entièrement.




Le château d'ALTKIRCH au XVII° siècle  (collection particulière)

jeudi 28 avril 2016

CHÂTEAU DE TAINTRUX

LE CHÂTEAU DE TAINTRUX (88):

PUISSANTE FORTERESSE DE DEODATIE 


SITUATION

Le château de TAINTRUX se trouvait sur la commune du même nom, en contrebas de l'actuelle mairie à 370 mètres d'altitude environ.


HISTOIRE

Le château naît au XII° siècle était le siège de la plus ancienne et de la plus riche seigneurie vosgienne. Il est tenu par les comtes de TAINTRUX . Les comtes de RIBEAUPIERRE s'en emparent lorsqu'ils envahissent la région.

Par testament en 1315, le duc de Lorraine FERRY IV lègue à son vassal Aubert de PARROYE les terres de FRAIZE, CEFFALT, BENAISMENIL et TAINTRUX. Les PARROY ont droit de haute et basse justice sur leurs sujets.

Les Bourguignons assiègent la place en 1470. En 1594, le village de TAINTRUX, en fait une série de hameaux, dépend de la châtellenie de SAINT-DIE.

Le château restera la propriété des De PARROY, puis de leurs héritiers les HARAUCOURT. La château sera brûlé par les Suédois puis ravagé par des bandes de pillards déserteurs en 1635 au cours de la Guerre de Trente-Ans.

Un bâtiment de style classique voit le jour au XVII° siècle. Il est implanté au centre de l'enceinte médiévale ruinée qui possède encore quatre forte tours à chaque angle.

Le 10 juillet 1664 François-Ernest de CREHANGE est nommé seigneur de TAINTRUX par le duc CHARLES IV . Aux CREHANGE succèdent les BAYER DE BOPPART qui vendent le château en 1672. TAINTRUX est acquis en 1693 par Pierre de COGNEY qui devient châtelain.


Les sires de CREHANGE


En 1729 nous y trouvons Renaud de METZ élevé au rang de baron de TAINTRUX par le duc LEOPOLD Ier. Le château deviendra la propriété de Jacques REIGNIER puis de Jean-Baptiste de CLINCHAMPS D'AUBIGNY. Les terres de TAINTRUX vont passer à la famille DE BAZELAIRE DE LESSEUX au profit de l'abbaye de SAINT-DIÉ.

Le château va survivre jusqu'au XIX° siècle. En 1831 il est démoli aux trois quarts. Une de ses dépendance survivra et sera longtemps utilisée comme écurie. Le château servira de carrière de pierre pour la construction de la mairie du village.

ETAT ACTUEL


Il ne subsiste que l'annexe-écurie du château du XVII° siècle qui a été récemment transformée en maison d'habitation.

VUES DU SITE



Le château féodal (dessin de Gaston Save)




Le château au XVII° siècle




Le nouveau château (dessin de Gaston SAVE)




Dernier vestige du château, on reconnaît le pignon
de l'annexe de droite sur le dessin précédent




La mairie construite avec les pierres du château

samedi 23 avril 2016

CHÂTEAU DE DUN

LE CHÂTEAU DE DUN (55) :

UN BALCON SUR LA MEUSE

SITUATION

Le château de DUN se trouve sur la commune de DUN SUR MEUSE (55) à environ 310 mètres d'altitude. Le site domine le fleuve d'une hauteur de 181 mètres.


HISTOIRE

En 988 DUN est une terre relevant de l’évêché de VERDUN (55) suite à une donation de par m'empereur OTHON IV. Le château est élevé au XI° siècle ( vers 1053) par GODEFROY II de BASSE-LORRAINE, comte d'ARDENNES. Le château est inféodé aux puissants sires d'APREMONT qui complètent le château primitif par l'édification d'une vaste enceinte fortifiée entourant une ville. Les APREMONT sont autorisés à battre monnaie.



Les sires d'APREMONT


En 1399 la place revient au duc de BAR jusqu'à l'arrivée de René II au trône de NANCY, celui-ci cumulant alors les titres de duc de BAR et de LORRAINE. 

En 1533 les Anglais tentent de s'emparer du château qu'ils assiègent durant trois mois sans parvenir à l'investir. La place est alors tenue par Robert de GRATINOT, sire de JUPILE. A son poste de capitaine-gouverneur suivront: CRAONE, CLAUDE, Jean de MOUZAY, Gauthier de GRANDMAISON dit GAULT de la CASSAGNE, sire de SAINT-LAURENT. puis vinrent DE CADENET sire de BRIEULES. C'est sous le commandement de ce dernier que fut ordonné le démantellement de la place.

Mais revenons en arrière: Le vicomte de TURENNE qui est duc de BOUILLON et Maréchal de France reprend le siège en 1591. Ses hommes, sous le commandement de Henri DE LA TOUR investissent la place en escaladant les remparts puis se rendent maître de la forteresse qu'ils occupent jusqu'en 1595, date où elle sera remise au duc de Lorraine CHARLES III.

Au XVII° siècle le duc CHARLES IV en pleine guerre de Trente-Ans, offre le château et la ville au roi de France LOUIS XIII qui les rattachent au Clermontois. Dès 1642 les fortifications sont démantelées par le Maréchel DE CREQUI sous la direction de François THIEBAULT seigneur de SAINT-EURUGES. 

L'on détruit non seulement le château de DUN mais aussi les ouvrages annexes qui sont les forts de SAINT-GILLES,  de LA CAVALERIE, de DOULCON, de STENAY et SAINT-GERMAIN, DE CROIX, de LINY, de SOUJUMON et de MILLY.

LOUIS XIV offre DUN au Grand CONDE. Cette famille conservera les lieux jusqu'à la Révolution.

Lors du premier conflit mondial les ruines du château de DUN ont été fortement endommagées.

Longtemps utilisé comme carrière de pierre, les vastes ruines de DUN connaissent une salutaire restauration depuis plusieurs années sous la direction d'une association.

ETAT ACTUEL

Nous avons affaire à un très grand château-fort dans le style de CHÂTEL-SUR-MOSELLE - voir ce nom.
Les remparts englobent une très grande surface abritant tout le quartier de la ville haute dont l'église. On y accède par la porte dite "de MILLY". Les vestiges médiévaux sont omniprésents dans tout le quartier.
Un sentier dit "Des Remparts" permets de faire le tour de l'édifice. Une seconde porte, dite "Porte aux chevaux" domine un chemin qui monte de la ville basse.


ACCÈS

A DUN monter à l'église en véhicule, franchir la porte de Milly et garer la voiture sur le parking de l'église. Visiter les lieux à pied. J'ai rencontré des gens très gentils qui ouvrent leur jardins afin de je puisse visiter les parties privées du monument . Ne pas oublier le sentier des remparts.

VUES DU SITE



Vue aérienne du site (Géoportail)




La porte aux chevaux ( collection particulière )




Vue vers la ville haute et les remparts




La porte de Milly




Le pont d'accès




Enceinte




Sur les remparts




Tour de flanquement




La ville haute




Rempart central




muraille




En surplomb de la porte aux chevaux




Débouché de la porte aux chevaux




Rempart Ouest




Vaste construction derrière l'église




L'église




Le clocher




Vue sur la Meuse et la ville basse




Le sentier des remparts




Où d'autres vestiges sont en attente de remise en valeur




Le rempart Nord




Partout, les murs médiévaux sont présents

vendredi 22 avril 2016

CHÂTEAU DES RAYS

LE CHÂTEAU DES RAYS (54):

SENTINELLE DE CONFLUENT DE LA MEURTHE ET DE LA MOSELLE

SITUATION

Le château de RAYS est situé sur la commune de FROUARD (54). Il domine la ville à 305 mètres d'altitude, implanté sur un éperon dominé par le fort de FROUARD.


HISTOIRE

Le château des RAYS fait face à la terre du duc de BAR qui commence de l'autre côté de la Moselle et au château de L'AVANT-GARDE qui sera traité ultérieurement. A droite, sur la rive constituée par le confluent MEURTHE - MOSELLE se trouvait le château messin de CUSTINES. A l'ouest, commence les terres de l'évêque de TOUL. Cette situation révéle le rôle hautement stratégique du château-fort.

La forteresse apparaît en 1262 dans un acte du duc de Lorraine FERRY III qui concède la franchise du château au comte de CHAMPAGNE. A compter de l'an 1300 cette franchise est devenue une vassalité qui oblige de duc lorrain à rendre hommage au roi de France héritier du comte de Champagne. Ce lien perdurera jusqu'en 1465 quand le roi LOUIS XI consentit à y renoncer sous le règne du duc JEAN II.



Les sires de LENONCOURT


Retournons au XIV° siècle. En 1313 FERRY IV gagne la bataille de FROUARD contre les troupes du duc de BAR et celles de l’Évêque de METZ. En 1350, puis en 1352 les messins pillent le bourg de FROUARD qui se trouve au pied du château qui lui sera épargné. La place est tenue par les sires de NANCY-LENONCOURT.

Arrive l'invasion Bourguignonne. L'évêque de TOUL se range aux cotés du Téméraire et accueille ses troupes à LIVERDUN. Cette cité sert alors de base arrière pour attaquer la Lorraine. Le maréchal Jean DE FENETRANGE fait alors renforcer les défenses du château qui restera une simple caserne.



Jean de FENETRANGE

En 1635 la place est prises par les envahisseurs français qui procèdent à son démantèlement.

Durant deux siècles la ruine va servir de carrière de pierre...



ETAT ACTUEL

Les vestiges s'étendent sur une aire mesurant en moyenne 125 mètres de long sur 45 mètres de large. Le principal vestige est constitué par une tour ruinée et divers murs plus ou moins émergeant d'un végétation envahissante. L'ensemble est en mauvais état et  attend une hypothétique restauration.



ACCÈS

Attendre  le chemin des moulins et laisser le véhicule à proximité. Suivre à pied les indications "VIEUX CHÂTEAU". Malheureusement arrivé à proximité des ruines cachées par la végétation, il n'y a plus d'indication. Au carrefour, prendre la route de droite, le château se trouve juste au-dessus du talus à droite avant le prochaine intersection.



VUES DU SITE



Plan de situation (étoile bleue)




Croquis des ruines (réalisation personnelle)




Le château au début du XX° siècle (collection particulière)




C'est par ces pierres au long de la route que j'ai pu localiser les ruines




Étrange mélange de roche, de moellons et de friches




L'enceinte supérieure




Emplacement de la porte




Vers la basse-cour




Une tour




Vestige principal




Détail




Vue intérieure

jeudi 21 avril 2016

CHÂTEAU DE MONTORI

LE CHÂTEAU DE MONTORI (68/90):

RUINE A CHEVAL SUR DEUX DÉPARTEMENTS

SITUATION

Le château de MONTORI se trouve perché à 800 mètres d'altitude au sommet de la montagne des BOULES, à cheval entre les communes de MASSEVAUX (68) et ROUGEMONT LE CHÂTEAU (90). Ces deux communes possèdent chacune un autre site médiéval, RINGELSTEIN - voir ce nom pour MASSEVAUX et HAUT-ROUGEMONT pour ROUGEMENT, château qui sera traité ultérieurement.

HISTOIRE

Le site semble avoir été occupé dès l'Antiquité. Le château paraît avoir été bâtit en l'an 1185 par la volonté de Louis Ier de FERRETTE, noble descendant de l'illustre famille Lorraine de MOUSSON vassale du duc de BAR.

L'on ne connaît aucun élément historique concernant cette forteresse sans doute abandonnée rapidement.

ETAT ACTUEL

Les champs d'éboulis provenant de l'effondrement ou de la destruction des murs sont nombreux sur le coté nord du rocher. Au sommet on devine la base d'une construction carrée récemment restaurée et les restes d'une enceinte sur l'extrémité Est du rocher.


ACCÈS


A ROUGEMONT-LE-CHÂTEAU suivre la rue de Bavière jusqu’au réservoir d'eau potable où le véhicule peut être stationné. Emprunter le sentier qui mène aux ruines du château de HAUT-ROUGEMONT. Arrivé sur une place où se trouve des panneaux informatifs, suivre la direction de la chapelle Sainte-Catherine. 150 mètre avant la chapelle monter un chemin en forte rampe jusqu'au lieu dit LES TROIS BORNES. De là, gagner le MONTORI en 10 minutes. Pour l'ensemble du parcours compter une heure pour un bon marcheur avec un parcours en rampe constante 

ATTENTION, le sentier terminal est fort mal entretenu et se perd sous les ruines. Il faudra vous risquer à grimper au travers des éboulis pour les atteindre...


VUES DU SITE



Croquis des lieux (réalisation personnelle)




Extrémité Est et éboulis




Le rocher




Champ d'éboulis coté Nord




Coté Ouest





Ce cône Ouest est peut-être une tour effondrée




Même lieu vu sens opposé




Vers la partie sommitale




Base de construction carrée




Vue générale Ouest-Est




Esplanade Ouest




La bourgade de MASSEVAUX vue du château