mercredi 29 avril 2015

CHÂTEAU DE GRAND RINGELSTEIN

LE CHÂTEAU DE GRAND RINGELSTEIN (67):

ÉTRANGE CONSTRUCTION POLYGONALE

SITUATION


Le château de GRAND RINGELSTEIN est situé à 645 mètres d'altitude sur la commune d'OBERHASLACH (67). Il ne faut pas confondre ce château avec ceux de RINGELSTEIN à MASSEVAUX (68) et de PETIT-RINGELSTEIN situé lui sur la même commune


HISTOIRE

Construit en avant poste du château de DAGSBOURG (57) par les comtes de LINANGE héritiers de la famille de DABO-EGUISHEIM éteinte en 1089 . Le château est cité en 1137. Il est tenu par le ministériel Anselme de RINGELSTEIN.

Il est pris et rasé en 1226 par l'évêque de STRASBOURG berthold de TECK qui est en conflit avec les LINANGE. Reconstruit, il est confié successivement aux sires de GEROLDSECK et de DORLISHEIM. Au XIV° siècle le château est un centre administratif domanial. C'est sans doute la raison pour laquelle il n'est pas cédé au comte JEAN III DE SALM lorsque celui-ci acheta à l'évêque de STRASBOURG toute la vallée de la Bruche en 1366. Sans doute abandonné au cours du XV° siècle, la place devient un repaire de brigands ce qui motive sa destruction par les armées du duc palatin Frédéric en 1470.

Le château ne sera jamais adapté à l'artillerie et restera en ruines.

Le château est classés Monument Historique par les autorités allemandes en 1892.


ETAT ACTUEL

Trois rochers accolés sont entourés par une enceinte polygonale à onze cotés. Les bâtiments du donjon et du logis ne présentent plus que de rares vestiges. L'enceinte par contre est majestueuse et présente de curieuses ouvertures de plein cintre.

ACCÈS

Deux itinéraires possibles, soit par le chemin dit des géants ( voir château de HOHENSTEIN) et en suivant les indication du Club Vosgien, compter 60 minutes de marche, soit en empruntant la rue du RINGELSTEIN à côté de l'église d'OBERHASLACH jusqu'à l'orée de la forêt. Laisser le véhicule et suivre le sentier fléché en 40 minutes qui vous conduira aux ruines (ça monte "très très" beaucoup).


VUES DU SITE



Croquis des ruines (réalisation personnelle)




L'arrivée au château après une épuisante montée rectiligne




La porte Sud




Fossé et pont d'accès Sud




Enceinte Nord


Nous allons nous diriger vers la porte Nord en contournant les ruines vers l'Est









Et voici la porte Nord




Le pont, la porte et le rocher Nord




Sous le donjon




Les rochers




La basse-cour




Sous les logis




Le rocher Sud




Sommet des rochers




Les logis




Restes du donjon (inaccessible)




Faille isolant les logis du donjon




Vers la plaine d'Alsace

CHÂTEAU DE SCHŒNECK

LE CHÂTEAU DE SCHŒNECK (67):


UN PALAIS SORT DE L'OUBLI



SITUATION

Le château de SCHOENECK se perche sur un rocher à 380 mètres d'altitude au dessus d'une étroite vallée dépendante de la commune de DAMBACH (67). Cette localité possède aussi d'autres châteaux (HOHENFELS, WINECK, WITTSCHLOESSEL - voir ces noms).


HISTOIRE


La forteresse est bâtie sur une terre octroyée à titre d'alleu par les HOHENSTAUFFEN aux comtes de MONTBELIARD, descendants directs de la famille de MOUSSON. Il aurait été érigé au cours du XII° siècle. La tradition populaire en parle en 1280 car le château devenu un redoutable repaire de brigands aurait été rasé par Rodolphe de HABSBOURG.

Le château possède alors deux annexes, les forteresses de WINECK et de WITTSCHLOESSEL (voir ces noms).

SCHOENECK est relevé et donné à l’évêque de STRASBOURG Frédéric de LICHTENBERG en 1301. Le châtelain se nomme Pierre de SCHOENECK (1308), mais en 1338 le château est à nouveau en piteux état. L'évêque Frédéric de BLANKENHEIM fait restaurer le château de 1375 à 1390. Burckhardt de SCHOENECK y réside, il est sous double vassalité du Duc de LORRAINE et de l'évêque de STRASBOURG. La famille de LICHTENBERG a qui le château est inféodé s'éteint en 1480. Ses droits passent aux DEUX-PONTS-BITCHE leurs héritiers. Les sires de SCHOENECK jouiront toujours du château à titre d'arrière fief jusqu'en 1488, date où cette lignée s'éteint à son tour.


Les sires de SCHOENECK

Le comte Simon Wecker IV de DEUX-PONTS-BITCHE confie alors la place au chevalier Wolfgang ECKBRECHT de DURCKHEIM. De 1545 à 1547 les DURCKHEIM réaménagent le site en adaptant le château à l'artillerie et construisent le palais renaissance.

La Guerre de Trente-ans éclate, les populations locales se réfugient au château et, grâce à ses défenses, la place échappe à la destruction. Le château sera détruit lors d'un incendie de forêt survenu en 1663 puis restauré. Pour des raisons financières, la garnison du SCHOENECK se voit réduite entre 1648 et 1670 alors qu'en 1676 les Français arrivent et détruisent systématiquement tous les châteaux du secteur. Wolf-Frédéric ECKBRECHT de DURKHEIM obtient un renfort palatin pour son château. Les troupes du marquis de VAUBRUN sont repoussées.
C'est sur ordre de Louis XIV, par l'entremise des troupes de MONCLAR qu'en 1680, le château allait être détruit à l'explosif et confisqué à la famille ECKBRECHT de DURKHEIM qui pu ensuite recouvrer la propriété des ruines.
Celles-ci sont vendues à la Révolution comme bien de la nation puis achetées en 1820 par la famille DE DIETRICH qui en sont toujours les propriétaires.

Le château est classé Monument Historique le 28 décembre 1984.

Depuis 1981, plusieurs campagnes de restauration ont lieux concernant les belles ruines du château et surtout depuis 2003 une association y oeuvre avec mérite.

ETAT ACTUEL

Longtemps négligées, les ruines connaissent enfin une salvatrice restauration. Le palais renaissance a été remis à jour et plusieurs parties détruites ont pu être reconstituées. Il subsiste le complexe d'entrée du château, une belle tour ou bastion d'artillerie, une salle voûtée et les vestiges du palais féodal qui ont été récemment consolidés.

ACCÈS

Sur la route menant de WINDSTEIN à NIEDERSTEINBACH, laisser le véhicule au parking signalé pour la visite de SCHOENECK. Un sentier en forte rampe conduit au château en 20 minutes.



VUES DU SITE



Plan du château (collection personnelle)
L'orientation du croquis est à inverser




Le SCHOENECK (gravure de ROTHMULLER)




L'arrivée au château




Le palais roman




Esplanade Sud




Pont d'accès sur fosse




La première cour




Le bastion d'artillerie en 1977. L'ensemble des ruines
était dissimulé par la végétation.




Le même bastion en 2015. 




Cet ensemble pont-levis-poterne a été entièrement
reconstituée par l'association œuvrant à la restauration des ruines




En 1977 seule la seconde porte était visible




Détail sur la poivrière




Le palais renaissance 




Support de l'oriel de la chapelle




Dans la tour répertoriée 12 sur le plan, une exposition retrace 
l'oeuvre de restauration du site




Vers les deux portes




Le rocher Sud-Est



Enfilade des deux rochers




Vue générale du rocher Sud




La salle voûtée




Sommet du rocher Nord



Vestiges du rocher Nord




Dans la tour d'artillerie




Vue plongeante




Détail des logis



Le rocher Nord n'est pas accessible aux visiteurs




Le rocher Nord




Parties hautes en 1977




Parties hautes restaurées




La cour Ouest