lundi 19 septembre 2016

CHÂTEAU DE SAARECK

LE CHÂTEAU DE SAARECK (57)

RÉSIDENCE DU GÉNÉRAL ADAM PHILIPPE DE CUSTINE

SITUATION

Le château de SAARECK se trouvent sur la commune d'OBERSTINZEL, en bordure de la SARRE à 339 mètres d'altitude environ.


HISTOIRE

La seigneurie de SAARECK dépend de l'évêché de METZ. L'on ignore la date de construction du château qui n'apparaît dans l'histoire qu'au XIV° siècle.


En 1336 la place est occupée par les sires de FLECKENSTEIN. Le château-fort est assiégé, pris et démantelé par les habitants de SARREBOURG en1381.

La forteresse est relevée. Au XVI° siècle on sait que cette contrée n'était soumise à aucun bailli. Le château est tenu pour moitié par les nobles de LUTZELBOURG at par les LICHTENBERG. Au XVI° siècle la forteresse est tenue par les seuls LUTZELBOURG. La guerre de Trente Ans va sonner le glas du château qui est démantelé.

La place sera relevée et au XVII° siècle, elle est la résidence de la famille de CUSTINE. L'un de ses membres, le général Adam Philippe de CUSTINE en est le propriétaire quand la révolution éclate. Élu député aux État Généraux, puis membre de l'Assemblée Constituante comme représentant de la ville de METZ, il devient commandant de l'Armée des Vosges et même une campagne victorieuse en Allemagne, prenant les villes de SPREYER et MAYENCE. Inquiété dans l'affaire de la trahison de DUMOURIEZ, il est acquitté, défendu par un certain Maximilien de ROBESPIERRE. En 1793, il essuie plusieurs revers militaires et doit répondre de trahison devant le Tribunal Révolutionnaire. Reconnu coupable, il est guillotiné le 28 Août de la même année. Son fils sera guillotiné à son tour l'année suivante et sa fille connaîtra un long emprisonnement.


Le général de CUSTINE

Le château sera occupé par les Allemand entre 1871 et 1918. Il sert de caserne.


Entrée du château au début du XX° siècle (collection particulière)

De nos jour, SAARECK est toujours habité.


ÉTAT ACTUEL

Bien que fortement remanié, le château présente encore son caractère médiéval avec plusieurs tours. Il possède une chapelle du XIII° siècle.

ACCÈS

Impossible de s'approcher. Le château est privé et ne se visite pas.


VUES DU SITE




Vue aérienne ( Géoportail)





Vue générale au début du XX° siècle ( collection particulière)






Vue générale depuis la route

vendredi 16 septembre 2016

CHÂTEAUX DE WASSERBOURG

LES CHÂTEAUX DE WASSERBOURG (68):

TROIS CHÂTEAUX BIEN DISCRETS

SITUATION

Les châteaux de WASSERBOURG se trouvent sur la commune du même nom (68):

Le WASSERBERG était dans le village. Il a entièrement disparu. 

Le STRAUBOURG ou STROHBOURG regroupe en fait deux châteaux distincts qui se dressent au sommet d'une montagne culminant à 746 mètres d'altitude. 


LE WASSERBERG

HISTOIRE

WASSERBOURG est une terre dépendant de l'abbaye suisse de PAYERNE. L'érection de ce château dans le village même est due à l'initiative d'André de GIRSBERG au XIII° siècle. Son histoire se confond avec celle du STRAUBOURG.




LE STRAUBOURG

HISTOIRE

La construction de ce château est due aussi à André de GIRSBERG au début du XIII° siècle. Dès 1286, le fief passe à Dietrich de WASSENBERG. Le château est partagé par moitié entre Ulrich de HUS et Wiglis de HATTSTATT en 1342. En 1370 les HATTSTATT vendent leur moitié aux HUS, mais à la fin du XIV° siècle la forteresse en entièrement possédée par les HATTSTATT. Les comtes de RIBEAUPIERRE achètent le château en 1429. La famille d'ANDOLSHEIM y demeure en 1454.  Un chevalier brigand s'installe au château en 1425. Il s'appelle Frédéric de ZOLLERN et il ne tarde pas à commettre diverses exactions dans la région et sur les terres des comtes de MONTBELIARD. Ces évènements qui vont susciter un siège de la place par son suzerain, le comte de RIBEAUPIERRE.  Le château est repris le château est rendu aux ANDOLSHEIM. ZOLLERN est condamné à faire un pèlerinage en Terre Sainte d'où il ne reviendra pas.  A partir de 1456 la place est tenue par un bailli pour le compte des RIBEAUPIERRE.

A partir de 1473, la place est tenue par la famille de STOERS. La suite de l'histoire est un mystère. Les ruines sont à nouveau citées en 1714. Elles sont la propriété du Chapitre de STRASBOURG.

Lors du premier conflit mondial les ruines sont anéanties au cours des combats


 ÉTAT ACTUEL


 
On distingue bien deux châteaux sur le site du STRAUBOURG. Au nord, on devine le tracé de murailles et de fossés. Plus au sud, on arrive au dessus d'un fossé entourant un monticule sur lequel subsiste les restes d'un donjon. Une vaste basse-cour complète l'ensemble au sud.

ACCÈS

Traverser toute l’agglomération de WASSERBOURG et poursuivre la route principale en rampe jusqu'à une ancienne carrière située peu après un fer à cheval. Y laisser le véhicule et emprunter à pied le chemin forestier qui s'y embranche. On atteint les ruines du STRAUBOURG en quinze minutes.

Attention l'accès au site est dangereux.


VUES DU SITE




Croquis du site (réalisation personnelle)




Les ruines autrefois (gravure de ROTHMÜLLER)





État des ruines vers 1900 (Collection particulière)




Le château est au sommet de cette montagne



                                  CHÂTEAU NORD




Vue générale




Traces de constructions


CHÂTEAU SUD




Le fossé




Les parties hautes




Emplacement de la porte principale




Le basse-cour




Vestige de courtine




Le donjon




Le donjon



Vestiges Est





Fossé et éboulis




Le donjon vu du fossé




Les principaux vestiges sont rendus invisibles par la végétation

lundi 12 septembre 2016

CHÂTEAU DE ZUFALL

LE CHÂTEAU DE ZUFALL (57):

SIEGE DE LA BARONNIE DE SAINT-GEORGES

SITUATION

Le château de ZUFALL se trouvait sur la communes de LORQUIN (57) au lieu dit "Ferme du Zufall" à l'est de la localité à 270 mètres d'altitude.

HISTOIRE

Au cour du XII° siècle l'abbaye de SENONES (88) fonde un prieuré au lieu-dit LAUNARINGO (Lorquin). En 1312 le duc de Lorraine FERRY IV combat deux vassaux en révolte non loin de LORQUIN. Il s'agit des comtes Louis de RECHICOURT et Jean de DABO-EGUISHEIM.

Au XV° siècle invasion des Armagnacs, partisan du dauphin futur LOUIS XI. Le château apparaît en 1499, mais sans doute existe-t-il déjà depuis longtemps. C'est une châtellenie lorraine rivale des seigneurs de SARREBOURG et des LINANGE de DABO. La place est tenue par la famille d'HAUSSONVILLE, seigneurs de TURQUESTEIN (voir ce nom). 

Le duc de BOUILLON à la tête d'une expédition Reitres ravage de château en 1587.
La place est ruinée durant la guerre de trente Ans du fait des troupes suédoises menées par de duc Bernard de SAXE WEIMAR. Le château semble avoir été occupé en 1674 par les armées de TURENNE lors de la campagne d'Alsace. Restauré, le château deviendra ensuite le siège de la baronnie de SAINT-GEORGES en 1720. Le duc LEOPOLD en fait don au prince de CRAON. Ceux-ci vont raser la forteresse médiévale et construire un nouveau château à partir de 1785. Une grande ferme y est adjointe.


Le château parviendra intact jusqu'en 1946 lorsqu'un incendie va le ravager. Les ruines subsistantes seront abattues.



ÉTAT ACTUEL

Il ne subsiste que le portail d'entrée du parc du château ainsi qu'un cadran solaire actuellement présenté devant le collège de LORQUIN.


ACCÈS

Propriété privée, le portail est visible depuis la route .



VUES DU SITE




Le nouveau château avant destruction (collection particulière)




Le portail
                                                                                                                                   

vendredi 9 septembre 2016

ABBAYE DE BEAUPRE

L'ABBAYE DE BEAUPRÉ (54) :


LIEU DE SÉPULTURE DES DUCS DE LORRAINE



SITUATION

L'abbaye de BEAUPRE se trouve sur la commune de MONCEL LES LUNEVILLE, au lieu dit Ferme de BEAUPRE, à 229 mètres d'altitude.



HISTOIRE

La fondation de l'abbaye remonte à l'an 1131. Elle est due à la volonté de FOLMAR IV, comte de METZ et de LUNEVILLE. Rappelons que cette famille prendra le nom de LUTZELSTEIN après l'érection du château de LA PETITE PIERRE (67) - voir ce nom. Le monastère est occupé par des moines prémontrés dépendants de l'abbaye mère de MORIMOND (52) - voir ce nom.
L'église abbatiale est consacrée par Bernard de CLAIRVAUX en personne (SAINT-BERNARD). Rapidement, l'abbaye connaît une grande prospérité et sa fréquentation est motivée par la présence de reliques comme un fragment de la vraie croix, de cheveux de la vierge ou d'un lambeau de sa robe...
Un mausolée destinée à recevoir les dépouilles des ducs de Lorraine est érigé. Avant 1251, ceux-ci étaient inhumés en l'abbaye de STURZELBRONN (57). Le fait que BEAUPRE soit beaucoup plus prés de NANCY a certainement motivé ce changement. Le premier duc enterré en ces lieux fut FERRY III (1251-1303) puis ses successeurs THIEBAUT II ( 1303-1312), FERRY IV dit Le Lutteur (1312 - 1328), RAOUL dit le vaillant (1328-1346), tué à la bataille de CRECY alors qu'il participait à l'ost pour le compte du roi de France PHILIPPE VI. Vinrent aussi Jean 1er ( 1346-1390), CHARLES II ( 1390-1431), ISABELLE 1ère ( 1431-1453).


RAOUL  1er, duc de Lorraine

BEAUPRE possède neuf granges (fermes) situées dans un rayon de 25 kilomètres autour d'elle ou dans les Vosges. Ces granges sont à l'origine de la naissance de plusieurs villages comme CLEZENTAINE, AZERAILLES, FRAIMBOIS ou encore MAGNIERES. 

Pourtant, avec un effectif d'une trentaine de moines et le double de frères converts le monastère ne fondera pas d'abbaye fille, bien qu'ayant joué un rôle dans la création de BAUMGARTEN (67).

Au XVII° siècle, des troupes protestantes (Réïtres) saccagent et incendient l'abbaye. Elle sera reconstruite par le duc LEOPOLD 1er qui consacrera son frère comme abbé. Celui-ci sera à la tête de cinquante six moines. En 1709 les moines sont adeptes de la règle de l'étroite observance prônée par l'abbaye d'ORVAL (B). En 1725, les religieux sont gagnés par le jansénisme. Ils entrent en rébellion contre la bulle Ungenitus du pape BENOÎT XIII. Une autre abbaye lorraine, SAINT-MIHIEL les suit en rébellion. En réaction à l'hérésie l'abbaye de  PORT-ROYAL à PARIS qui en est devenue sont centre est détruite. L'évêque de TOUL frappe la communauté de BEAUPRE d'Interdit. Le duc Léopold prend parti pour le pape et fait comparaître l'ensemble des moines devant son tribunal à LUNEVILLE. Douze religieux refusent de faire soumission et s'expatrient au Pays-Bas pour y fonder avec d'autres réfractaires l’Église Vieux-Catholique.

La Lorraine est rattachée à la France en 1766. En 1791 les dix-sept derniers religieux, dont l'abbé Dom MALIN réputé pour sa vie scandaleuse, sont chassés. Les bâtiments sont vendus comme bien national. Le 23 avril 1796 des militaires en révolte pillent les lieux et allument un incendie qui ravage entièrement l'abbaye. L'abbatiale et nombre des ses bâtiments sont détruits et vendus en matériaux de construction. Une ferme est installés sur le site. Seul l'orgue de l'abbatiale a été sauvé. Il se trouve de nos jours en l'église Saints Côme et Damien de VEZELISE (54).


ÉTAT ACTUEL

L'infirmerie de l'abbaye a été rasée en 1977. Il ne subsiste que la porterie de l'abbaye et deux tours de l'enceinte monacale.

ACCÈS

L'accès au site n'est pas autorisé par le propriétaire. Une barrière ferme la route qui y accède.


VUES DU SITE




Plan de situation




Vue aérienne (Géoportail)




L'abbaye au début du XXème siècle (collection particulière)




Porterie de l'abbaye (collection personnelle)