dimanche 17 septembre 2017

CHÂTEAU DE LAMARCHE

LE CHÂTEAU DE LAMARCHE (88):

ÉRIGÉ POUR LA DÉFENSE D'UNE CITE AUTONOME 

SITUATION

Le château de LAMARCHE se trouvait sur la commune de même nom. Il englobait une grande partie de la bourgade actuelle à environ 360 mètres d'altitude . 


HISTOIRE

La terre de LAMARCHE est initialement une terre touloise vendue en juin 1289 par Husson DE TOUL au comte de BAR. La situation géographique du lieu situé aux confins des anciennes propriétés féodales lui vaudra son nom de LAMARCHE. Les autorités de BAR-LE-DUC vont créer en 1400 un bailliage. On suppose qu'un château-fort existait déjà car le 16 février 1404 le duc RENÉ Ier qui a réunit Bar et Lorraine ordonne la construction d'un nouveau château, une vaste forteresse de forme pentagonale flanquée de cinq tours rondes et faisant aussi office de fortifications de la cité. 

C'est le duc ANTOINE LE BON qui accordera en 1516 les premiers privilèges aux bourgeois de LAMARCHE en les exemptant d'impôt sur le sel mais, en contrepartie, ils auront le devoir d'entretenir eux même château et les fortifications. Le 27 juin 1578 le duc CHARLES III demande aux bourgeois d'entretenir eux même la garnison de la place. La cité est riche, elles possède de nombreux commerces et activités artisanales dont l’orfèvrerie. Tous ces privilèges sont confirmés en 1707, au retour de la Lorraine indépendante par le duc LEOPOLD 1er.





La cité de LAMARCHE
(Ce blason représente une grenade, un fruit qui ne pousse pas en lorraine)

Mais la guerre de Trente Ans était passée par là, et, à la fin du conflit, la population de LAMARCHE était réduite à dix habitants. Le château-fort avait été rasé et ses vestiges allaient être réutilisés pour reconstruire la ville qui devient en 1706 le siège de la prévôté du Bassigny Lorrain. 


ÉTAT ACTUEL

Certains experts affirment qu'il subsiste des vestiges du château aux abords de l'église. Après avoir cherché longtemps, j'ai bien trouvé des indices sur des constructions présentant des caractères féodaux, mais je ne peux rien affirmer. Par contre il existe plusieurs demeures bourgeoises de caractère. 

ACCÈS

Laissez le véhicule sur la place située en dessous de la gendarmerie et parcourir la cité à pieds. 


VUES DU SITE



Le château vu sur la carte de CASINI.



vestige supposé du château


porte d'allure féodale


Autre mur de facture moyenâgeuse



AUTRES MANOIRS




Hôtel particulier classique



Son fronton armorié


Entrée et annexes


Autre demeure de caractère


Maison de Paul et Charles RENARD, pionniers français
de l'aérostation dirigeable


Plaque commémorative



LE CHÂTEAU DES TRINITAIRES

En avril 1239 le comte Henri DE BAR fonde un couvent de l'Ordre des Trinitaires à l'ouest de la localité de LAMARCHE. Ces religieux ont en charge le rachat des prisonniers fait par les musulmans lors des croisades. Au XVII° siècle le couvent menace ruines et la conduite des religieux est scandaleuse. Entre 1730 et 1734, l'ensemble est reconstruit dans un style classique. Les bâtiments seront achetés au titre des biens nationaux le 11 avril 1791 par la famille BAUDEL qui va transformer le couvent en château. Actuellement, c'est toujours une propriété privée qui ne se visite pas.



Vue générale au début du XX° siècle ( collection particulière)


dimanche 10 septembre 2017

CATHEDRALE DE VERDUN

LA CATHÉDRALE DE VERDUN (55):

LA PLUS ANCIENNE CATHÉDRALE DE LORRAINE VOIRE DE FRANCE

SITUATION

La cathédrale de VERDUN domine la ville au sommet d'une colline à environ 230 mètres d'altitude. Cet édifice présente la spécificité d'avoir possédé deux chœurs, l"un de chaque côté de la nef, une disposition qui me semble unique en France.  

HISTOIRE

Vers l'an 346 SAINT-SAINTIN fondu sur la colline qui accueillera plus tard l'abbaye de SAINT-VANNE, aujourd'hui disparue, la première cathédrale de VERDUN. SAINTIN devient le premier évêque verdunois. Après les grandes invasions barbares, l'évêque PULCHROME transfère la cathédrale à l'abri des fortifications romaines, sur son emplacement actuel et dédie le nouvel édifice à la Vierge Marie.

La cathédrale actuelle voit le jour au X)siècle sous l'impulsion de l'évêque HAYMON. La construction dure de 990 à 1024. L'édifice aura la particularité de posséder quatre clochers.



C'est un édifice roman possédant une nef, deux transepts qui sera victime d'un important incendie dès 1047. Les évêques RICHARD 1er et THIERRY vont relever l'église et y ajouter le portail dit de l'Officialité au nord-ouest de l'édifice. Au XII° siècle le duc RENAUD DE BAR est en conflit avec l'évêque. La cathédrale est endommagée par ces événements. Elle sera restaurée sous l'évêque Adalbéron DE CHINY. Un second chœur coté ouest et le portail dit "Des Lions" sont élevés entre 1136 et 1160 sous la direction de l'architecte GARIN. Les travaux terminés, la cathédrale est consacrée le 11 novembre 1147 par le pape EUGENE III en personne en présence de dix huit cardinaux. L'évêque de VERDUN Jacques Pantaléon DE TROYES (1252 - 1255) sera élu pape sous le nom d'URBAIN IV.




Principauté épiscopale de VERDUN

L'évêque de VERDUN est le maître d'une principauté épiscopale dont le territoire s'étant principalement sur le nord de l'actuel département de la Meuse. Il possède aussi une enclave en Lorraine à DIEULOURD (54) - voir ce nom.

L'architecte Pierre PERRAT va, au XIV° siècle modifier l'aspect du monument en y adaptant l'architecture gothique flamboyante, en créant des chapelles latérales et en coiffant les tours clocher de flèches aujourd'hui disparues. des fresques et de grands vitraux sont aussi réalisés. La construction des chapelles se poursuivra au XV° et XVI° siècle. Un cloître gothique flamboyant est édifié entre 1509 et 1517. Il présente un développement de 87 mètres. 

Le 15 janvier 1552 le traité de CHAMBORD donne au roi HENRI II au titre de vicaire d'empire les territoires détenus en propre par les évêchés de MATE, TOUL et VERDUN. Ces territoires sans unité réelle constitueront la nouvelle province française DES TROIS ÉVÊCHÉS.




La province des Trois Évêchés

 Le 2 avril 1755 la cathédrale est frappée par la foudre et un gigantesque incendie ravage l'édifice. La reconstruction sera dirigée par l'évêque Aymar-Chrétien-François DE NICOLAÏ et le chanoine Chaligny DE PLAINE. Un édifice baroque voit le jour avec des décoration de style rocaille. deux des quatre clochers ne seront pas relevés. La crypte est comblée, le portail "Des Lions" est muré et un baldaquin analogue à celui de SAINT-PIERRE DE ROME est édifié au dessus de l'autel oriental. 

En 1724, l'évêque Charles-François d'HALLENCOURT décide d le construction d'un palais épiscopal. Les travaux seront dirigés par l'architecte du roi LOUIS XV pierre COTTE, puis par son fils Jules-robert. Le roi en personne séjournera dans l'édifice. Quand la Révolution éclate, les travaux ne sont pas terminés. En 1801 l'évêché de VERDUN est supprimé et rattaché à celui de NANCY-TOUL. Le palais devient une caserne jusqu'en 1823 lorsque l'évêché est rétabli.

La bataille de VERDUN en 1916 va causer d'importants dommages à la cathédrale qui sert de poste d'observation à l'armée française. Le palais épiscopal devient un hôpital militaire. L'édifice est une cible pour l'artillerie allemande. La toiture disparaîtra et l’intérieur de l'église sera recouverte d'un mètre de gravas. Après le conflit la restauration menée permettra de redonner accès à la crypte et de dégager le portail "Des Lions". L'orgue sera restauré par le facteur JAQUOT-LAVIGNE de RAMBERVILLERS (88). La sécheresse de 1976 sera fatale à l'orgue historique. de nouveaux tuyaux sont installés sur le buffet d'origine.

La cathédrale rendue au culte sera consacrée par monseigneur Angelo CONCALLI, futur pape JEAN XIII. Le 8 septembre 1947 la cathédrale est élevée à la dignité de basilique mineure à l'occasion du neuvième centenaire de la création de l'évêché. Entre les années 2000 et 2014, le siège épiscopal est tenu par monseigneur François MAUPU parrain de l'actrice Sophie MARCEAU.



Monseigneur François MAUPU 

La cathédrale renferme quarante trois objets inscrits ou classés monuments Historique. L'église quant à elle est classée le 30 octobre 1906, le cloître l'est le 13 juillet 1907. L'imposant palais épiscopal est classé le 25 mars 1920. il est restauré entre 1926 et 1935.  En 1993 l'évêque Marcel HERRIOT accepte la transformation du palais en CENTRE MONDIAL DE LA PAIX en 1993. Cette structure reçoit désormais plusieurs dizaines de milliers de visiteurs par an.

ÉTAT ACTUEL

La cathédrale, sa crypte et son cloître méritent une visite. Le palais épiscopal propose des expositions temporaires sur divers thèmes.

ACCÈS

Situé au centre de la vieille ville l'accès aux édifices est compliqué en véhicule. Il est conseiller de laisser la voiture à proximité de l'ancienne entrée militaire de la citadelle non loin de la porte médiévale de CHATEL (vaste parking) et de gagner l'ensemble à pieds. 


VUES DU SITE



Plan de la cathédrale (collection particulière)


La cathédrale et la ville autrefois (collection particulière)


Cathédrale et palais épiscopal (collection particulière)


Dégâts du premier conflit mondial


Les clochers vus de la cour du palais épiscopal


Vue générale


Coté Nord et portail des lions


Les clochers vus du cloître


Coté Sud



Transept et cloître


Croisées d'ogive dans le cloître




Déambulation dans le cloître


Le cloître gothique


La nef


Le dais et l'autel occidental


L'autel oriental et le buffet d'orgue


Les deux autels face à face


Les stalles


Vers la crypte




La crypte


Entrée du palais épiscopal


La palais épiscopal


Un escalier

samedi 9 septembre 2017

CHÂTEAU DE CREHANGE

LE CHÂTEAU DE CREHANGE (57):

SIÈGE D'UN COMTE DU BAILLIAGE D'ALLEMAGNE


Voici une ruine qui mériterait bien plus de considération que celle qui est la sienne aujourd’hui.  Son état est déplorable et son accès impossible du fait qu'elle est totalement entourée de construction modernes dont les clôtures jouxtent les vestiges.

SITUATION

Le château de CREHANGE se trouve sur la commune de même nom. Il se dresse sur une hauteur située en contrebas de l'église à  250 mètres d'altitude. 


HISTOIRE

Le château est érigé au XII° siècle par les nobles de MALBERG apparentés aux comtes de SALM et avoués de l'abbaye de REMIREMONT pour les terres de FENETRANGE. A la fin du XII° siècle, la famille de CREHANGE apparaît. Burcard de CREHANGE va se croiser aux côtés du duc de BAR et sera fait prisonnier à GAZA en 1239. A la fin du XIII° siècle le château passe à la famille DE TORCHEVILLE ( 1295). Godemann DE TORCHEVILLE va agrandir le domaine. Cette famille deviendra la lignée de barons de CREHANGE qui va posséder quelques quarante châteaux et une centaine de seigneurie entre la Meuse et le Rhin. Au cours du XIV° siècle les CREHANGE deviennent vassaux du duc de LUXEMBOURG.







Les comtes de CREHANGE


En 1477 Jean IV DE CREHANGE participe à une coalition destinée à secourir le roi de Bohème. Il sera fait prisonnier par le duc de Bourgogne et le château subira un siège qui n'aboutira pas. En 1486 Jean IV vote à l'élection de Maximilien DE HABSBOURG. La puissance de la famille est à son apogée. Georges DE CREHANGE bénéficie de lettres d'indulgences de la part du pape INNOCENT VIII en 1488 en contrepartie de sa participation au financement de la guerre contre l'empire Ottoman. En 1508 le pape JULES II en délivre de nouvelles au futur JEAN V en contrepartie de subsides pour la défense de la Livonie menacée par les Ruthènes. Ce même Jean V va épouser Immergarde DE RAVILLE et acquérir la dignité de maréchal héritier du duché de LUXEMBOURG. 

La révolte des Rustauds de 1525 menace. le baron de CREHANGE rejoint l'armée lorraine du duc ANTOINE destinée à mater les insurgés. En 1544 le château reçoit un hôte de marque en la personne de l'empereur CHARLES V. Georges Ier de CREHANGE qui a l'honneur de porter l'épée du souverain en visite à METZ, va aussi héberger le monarque en son château.   

La seigneurie devient un comté impérial en 1617. Mais l'influence française est en marche. En 1552 les français sont à METZ. De son côté le duc de Lorraine CHARLES III qui est le beau-frère du roi de France HENRY II étend son domaine en rachetant des terres orientales. Henri de GUISE a acquit les terres de HOMBOURG-HAUT jadis possession d'une branche de la famille de CREHANGE. Finalement seule le terre de CREHANGE va rester possession d'empire en 1624 et devenir terre luthérienne. La guerre de trente-Ans éclate ; Le château va connaître plusieurs occupations des divers belligérants accompagnées de destructions. CREHANGE ne sera rattaché à la France qu'en 1793, quant au château il sera rasé au cours de la Révolution. 


ÉTAT ACTUEL

Sur un terrain plat envahit d'une inextricable végétation s'élève les vestiges d'une tour ronde en fort mauvais état.

ACCÈS

Impossible. On peut toutefois s'approcher du coté sud de la tour après avoir affronté ronces et orties. La tour peut être aperçue à l'arrière des construction modernes qui ont entièrement isolé le château (comme à JAILLON (54) - voir ce nom).


VUES DU SITE



Vue aérienne  ( Géoportail) - la position du château est marquée par l'étoile rouge.


Les ruines se cachent derrière la meule de foin


La tour vue du cimetière


Vue générale


La tour coté Sud


Une canonnière



Vue rapprochée Nord-Ouest


Vue rapprochée coté Nord

mardi 5 septembre 2017

CHÂTEAU DE RONCOURT

LE CHÂTEAU DE RONCOURT (88):

DEVENU UN MANOIR AU XVIII° siècle

SITUATION

Le château de RONCOURT se trouve sur la commune d'HAGNEVILLE ET RONCOURT à 380 mètres d'altitude. Il jouxte l'église d'un village qui ne compte que quelques familles


HISTOIRE

Un château féodal existait déjà à l'emplacement de l'actuelle construction. Il appartenait à la la famille D'ANGLURE. René D'ANGLURE, seigneur de LIGNEVILLE, de BOURLEMONT et gouverneur de LA MOTHE donne le château à Etienne MENU DE RONCOURT pour services rendus. Le duc de Lorraine CHARLES III anoblit le nouveau châtelain le 25 septembre 1583. Cette famille conservera les lieux jusqu'au milieu du XVIII° siècle. 

Le château féodal à laissé la place à une demeure classique. Vers 1760 Nicolas HENNEQUIN est en possession du domaine. Dès 1784, le château est acheté par un noble irlandais de la famille DE STACK. Josèphe-Pauline DE STACK épouse Richard DE FLEURY qui devient le nouveau propriétaire des lieux. En 1824 RONCOURT passe par mariage à la famille DE BIGOT. Actuellement le château est la propriété de Yann WEHRLING, illustrateur et homme politique. RONCOURT est devenu un établissement de chambres d'hôtes.


ÉTAT ACTUEL

Le château est une construction rectangulaire qui possède des canonnières à redents sur sa façade sud, vestiges du château-fort. Un parc, une ferme en ruines et un pigeonnier complètent l'ensemble.

ACCÈS

Le château est en bordure de la route qui traverse le hameau. RONCOURT est une propriété privée qui ne se visite pas. 


VUES DU SITE




Vue aérienne  ( Géoportail) - le château et entouré en rouge.



Vue générale


Eglise et entrée du château


La ferme