lundi 16 avril 2018

LE CHÂTEAU DE DOMMEVRE SUR DURBION

LE CHÂTEAU DE DOMMEVRE SUR DURBION (88):

ENCORE UNE VICTIME DE LA GUERRE DE 14


SITUATION

Le château de DOMMEVRE SUR DURBION se trouve sur la commune du même nom, sur une surface comprise entre les rues du château et la rue du puits à  environ 310 mètres d'altitude.  

HISTOIRE

Le château est érigé au cours du moyen âge, sans toutefois pourvoir donner de date précise. Son érection se justifie sans doute par la proximité de le puissante forteresse de CHÂTEL mais aussi par le voisinage des châteaux de HADIGNY LES VERRIERES et de GIRECOURT SUR DURBION - voir ces noms. Aucune mention historique de ce château n'a été découverte et la seule date connue à son sujet est 1675, lorsque le maréchal de CREQUY le fait raser par des gens d'EPINAL.


Mais l'histoire ne s’arrête pas là. Dès 1690, un seigneur d'HARAUCOURT, bailli d'EPINAL fait relever le château dans le style classique. La nouvelle construction en U occupe l'esplanade centrale. DOMMEVRE sera habité par les comtes de VIERMES jusqu'au XVIII° siècle où il passe par héritage aux comtes de MARTIMPREY. Les nouveaux châtelains vont remanier le château qui sera abandonné au cours du XIX° siècle. Il est déjà délabré quand survient le premier conflit mondial qui lui portera le coup de grâce. La paix revenue l'assiette du château est partagée entre plusieurs propriétaires et des maisons d'habitation vont être édifiée englobant pour certaines des éléments du château.


ETAT ACTUEL

Un bâtiment moderne arbore des colonnes provenant du château. Plusieurs bases de mur affleurent aux abords du puits, quelques escaliers de pierre qui n'aboutissent nulle part et divers porches englobés dans les maisons témoignent du château d'autrefois. Le vestige le plus remarquable et la porte renaissance miraculeusement conservée.


ACCÈS

Seule une visite extérieure des lieux est possible. Pour cela parcourir à pied les rues qui traverse l'ancien domaine.


VUES DU SITE



Vue aérienne, l'emplacement du château en entouré en rouge (Géoportail)


Vue du château et du portail au début du XX° siècle ( collection particulière)


Le château au début du XX° siècle (collection particulière)


Vue générale


Des colonnes classiques sont intégrées dans cette maison


Vue arrière de cette même maison


La cour



Un porche convertit en garage


Le château a laissé sa place à une esplanade


quelques murs subsistants servent de clôture


Le puits


escalier qui ne même plus nulle part


La porte vue de l'intérieur


logement de l'ancien verrou



La porte renaissance vue côté rue


La poterne

mardi 13 mars 2018

LES CHÂTEAUX DE HABOUDANGE

LES CHÂTEAUX DE HABOUDANGE (57) :


DEUX CHÂTEAUX ASSEZ MÉCONNUS


SITUATION

Les deux châteaux sont voisins et situé sur la commune d'HABOUDANGE, au centre du village. Le grand château ou château des évêques couronne un mamelon situé à 215 mètres d’altitude. Son voisin nommé RAVIDA se trouve en contrebas.



LE CHÂTEAU DES EVÊQUES

HISTOIRE

Ce château aussi appelé CHÂTEAU-HAUT apparaît durant le Xème siècle, édifié sur les ruines d'un castrum romain. C'est un fief cité en 976 dépendant de l'évêché de METZ (57). Au XII° siècle la place est tenue par la famille DE BOLLENDEN. Le 25 septembre 1165 Werner DE BOLLEBERG reçoit une autre propriété des mains de l'évêque THIERRY. Celui-ci va considérablement modifier les lieux pour en faire une résidence épiscopale. Entre 1165 et 1170 HABOUDANGE devient siège d'une prévôté. Les divers évêques de METZ conserveront la place jusqu'à la Révolution. En 1578 un château de style renaissance est édifié au centre des remparts médiévaux et une grande partie des édifices antérieurs sont rasés. Cette demeure subira des modifications importantes en 1835. 

Le château est classé Monument Historique le 27 février 1996 est reste une propriété privée proposant des gîtes aux touristes.

ÉTAT ACTUEL

Les remparts médiévaux ruinés sont imposants. Le château moderne est toujours habité, et se dresse au centre des remparts.

ACCÈS

Emprunter la rue du château qui permet de voir l'ensemble des remparts du château, ainsi que des vues sur le château voisin de RAVIDA


VUES DU SITE



Localisation en rouge le château des évêques, en jaune de château de RAVIDA


Le château du XVI° siècle



Côté Nord


Coté Est


Coté Sud


La grosse tour


Grosse tour à l'ange Sud-Est


Autre vue de la grosse tour et des remparts




LE CHÂTEAU DIT DE RAVIDA


HISTOIRE

Ce château, aussi appelé CHÂTEAU-NEUF ou CHÂTEAU-BAS est érigé au XVI° siècle. Il est destiné à devenir la maison franche du bailli de l'évêché de METZ Jean DU PUY DU FOU, seigneur DU PORTAL et de RAMBERGE en Poitou ( le château familial est devenu aujourd'hui le centre d'un célèbre parc d'attraction). La maison forte passe par mariage en 1571 à Jean DE LENONCOURT, conseiller d'état du duc de Lorraine CHARLES III, qui a épousé Barbe DU PUY DU FOU. Ensuite l'histoire est muette jusqu'en 1861, date où le château est acquit par un notaire nommé Félix-Benoît BRICE. A la fin du XIX° siècle la propriété revient à la famille RAVIDA qui la conserveront jusqu'en 1966. De nos jours le château abrite un établissement pour personnes âgées.






La famille DU PUY DU FOU


ÉTAT ACTUEL

Du château d'origine, il subsiste une tour d'escalier et plusieurs canonnières.


ACCÈS

Cet établissement n'est pas ouvert aux visiteurs.



VUES DU SITE



Le château au début du XX° siècle



Vue actuelle


La tour d'escalier

samedi 9 décembre 2017

LA CHAPELLE SAINTE-MARGUERITE D' EPFIG

LA CHAPELLE SAINTE-MARGUERITE D' EPFIG (67):

UN OSSUAIRE DE LA GUERRE DES RUSTAUDS

SITUATION

La chapelle SAINTE-MARGUERITE se trouve sur la commune d'EPFIG, en agglomération, dans le cimetière, à l'extrémité est du village à 175 mètres d'altitude environ.


HISTOIRE

La tradition veut que la chapelle soit le dernier vestige d'un couvent érigé au X° siècle par l'abbesse Rotrud d'ESTEIN, fille de l'empereur LOTHAIRE. En fait la chapelle date des XI° et XII° siècles. 

Au XIX° siècle un ossuaire est acculé à l'édifice. Il présente des ossements de plusieurs origines dont ceux des victimes de la bataille de SHERWILLER menées par les armées du duc de Lorraine ANTOINE LE BON contre les paysans révoltés dits RUSTAUDS (1525). Les lorrains ont massacré les populations sans faire de quartier, poursuivant les fuyards jusque dans leurs derniers retranchement pour les exterminer.


ÉTAT ACTUEL

L'édifice de style roman présente possède un narthex donnant accès à une galerie à l'allure d'un cloître incomplet. A l'intérieur subsiste des fresques.


ACCÈS

La visite du monument est d’accès libre.


VUES DU SITE


Vue générale


La galerie


Angle de la galerie


la nef


coté est de la nef


le transept


le chœur


la chapelle latérale


les fresques du plafond



l'ossuaire

dimanche 26 novembre 2017

LES CHÂTEAUX D' ARNAVILLE

LES CHÂTEAUX D'ARNAVILLE (54):

UNE MAISON FORTE ET UN AÎTRE MÉDIÉVAL

SITUATION

La maison forte se trouvait un lieu-dit "LE CHÂTELET". L'aître entoure l'église du village sur une dénivellation comprise entre 180 et 190 mètres d'altitude.




HISTOIRE

A l'époque gallo romaine, un castellum existait au lieu-dit "LA CITADELLE".  A compter du IX° siècle, la contrée est sous la dépendance de l'abbaye de GORZE (57).

Quelques serfs sont installés autour de l'église. Une enceinte fortifiée voit peu à peu le jour pour protéger cette population. L'église sera elle-même fortifié. L'aître médiéval prendra la forme d'un fer à cheval. Une tour romane ( aujourd'hui disparue), aux murs épais de sept mètres sera élevée. L'ensemble protège des celliers, le cimetière et des habitations.


Il semble que la maison forte existe au cours du XIII° siècle. Elle est tenue par les sires de CONS puis par Olry de BASSOMPIERRE en 1281.

En 1343 Nicolas BEAUDOCHE acquiert les droits seigneuriaux d'ARNAVILLE auprès du duc RAOUL DE LORRAINE.

En 1363 ARNAVILLE est peut être la cible des pillards bretons qui écument la région. Le duc CHARLES II en guerre contre la ville de METZ ( pour ne pas changer à la tradition...) stationne ses troupes à ARNAVILLE. Le duc est prévenu par les habitants le l'arrivée des messins. Ceux-ci pennent deux otages pour se venger. Ils ne seront libéré que le 30 décembre suite à une médiation menée par le comte de SALM auprés de l'évêque de METZ.

Des bandes de coureurs soutenue par le roi de France ravagent la contrée en 1434. Leurs exactions prirent fin après la signature d'un traité à NANCY le 19 septembre 1435. Nouvelle incursion française appelée par le comte de VAUDEMONT. La vallée du Rupt de Mad est ravagées.

Un nouveau fief  est créé à l'initiative de Charles de REMONCOURT, abbé de GORZE. Il est confié à Ferry CORCOL. En 1635, les Français commandés par le maréchal DE LA FORCE assiège le château où les habitants se sont réfugiés. Vainqueurs, les français obligent les habitants à raser la maison forte qui disparaîtra entièrement.



ÉTAT ACTUEL

Il subsiste quelques vestiges de l'aître médiéval qui à compter du XIX° siècle va être progressivement démoli. Au début du XX° siècle, il restait encore une porte fortifiée qui a été détruite.

ACCÈS

Les vestiges de l'aître médiéval entourent l'église. des panneaux informatifs ont été mis en place pour guider les visiteurs.


VUES DU SITE



Localisation en rouge de l'aître médiéval


A gauche, l'ancienne porte forte aujourd'hui disparue (collection particulière)



Vue générale, la porte forte s'élevait au premier plan


La seconde porte d'accès et les contreforts


L'église


Les remparts


Une tour englobée dans une maison


ruelle

mardi 14 novembre 2017

CHÂTEAU DE CHÂTEAU-BREHAIN

LE CHÂTEAU DE CHÂTEAU-BREHAIN (57):

DEMEURE DES BAYER DE BOPPARD

SITUATION

Le château de CHÂTEAU-BREHAIN se trouve sur la commune du même nom, à l'est du village à environ 245 mètres d'altitude.  

HISTOIRE

Le château est érigé vers le XIII° siècle. C'est une possession des évêques de METZ. En 1335 l'évêque ADEMARD engage le château à Pierre de BAR seigneur de PIERREFORT. Le château est tenu par la famille BAYER DE BOPPART qui donnera plusieurs évêques à METZ.


Thierry BAYER DE BOPPART sera le 72ème évêque de METZ en 1365. C'est dans cette période que sa famille venue d'Allemagne va se fixer à CHÂTEAU-BREHAIN. Conrad II, fils de Conrad 1er et de marie de PARROYE naîtra au château et succédera à Raoul de COUCY sur le siège épiscopal messin en 1415





Les sires de BAYER DE BOPPART

Conrad II se liguera avec le comte de BAR LOUIS 1er pour lutter contre les brigands qui infestent la contrée en 1418. Le 22 novembre 1422 il va signer un traité d'alliance avec le duc de lorraine CHARLES II. Ce traité mettra fin en 1430 à la guerre dite des "Hottées de Pommes" qui oppose lorrains et messins. 
Le 2 juillet 1431 à la bataille de BULGNEVILLE, il s'allie avec René 1er contre Antoine de VAUDEMONT. Il est fait prisonnier avec le duc de lorraine et devra payer une rançon de de 10 000 saluts d'or pour recouvrer la liberté. Ce sera chose faire le 4 septembre.  Le 8 août 1433 il cosigne un traité d'alliance ou figure de multiples seigneurs dont le duc de Luxembourg et celui de lorraine. 

En 1438 René 1er entame une guerre de succession en Italie. CONRAD et Erard DU CHÂTELET administrent la Lorraine mais le prélat prend l'initiative de lever de nouveaux impôts. René va le faire arrêter, battre à coups de verges et emprisonner.
En 1442 des bandes de brigands brûlent une quinzaine de maisons à ANCERVILLE (55). Les messins les poursuivirent et les anéantirent sous le château. Ces mêmes messins en révolte attaquent CHÂTEAU-BREHIN et le détruisent en 1443. Libéré l'évêque va ordonner en 1444 la construction du château de QUI QU'EN GROGNE -voir ce nom avant de mourir à METZ le 20 avril 1459.

La famille de CREHANGE est devenue occupante du château. En 1563 la place est occupée par Christophe VITOUX, anoblit en 1616. En 1710 CHÂTEAU-BREHAIN constitue une prévôté dépendant du bailliage de PONT-A-MOUSSON et relevant de la coutume de SAINT-MIHIEL.  Le château a perdu progressivement son aspect féodal pour devenir une demeure noble jusqu'au début du XIX° siècle, date où il est abandonné.

Les ruines seront englobée dans une demeure particulière qui est toujours habitée de nos jours.


ÉTAT ACTUEL

L'emplacement du château représente une surface quadrangulaire dont l'enceinte reste parcellaire. Il subsiste des traces féodales, notamment des meurtrières et des pierre d'angle sculptée qui semblent elles dater de la renaissance.

ACCÈS

Situé à l'est du village, cette propriété privée ne se visite pas, seuls les extérieurs sont visibles.


VUES DU SITE



Vue aérienne, le château en entouré en rouge (Géoportail)


Façade ouest


Angle Sud-Ouest


Partie féodale


Deux meurtrières


Détail d'une meurtrière


Pierres d'angle sculptées